Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La finance verte peut-elle (vraiment) aider la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'exploration du monde, c'est la nature humaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : 160 pompiers tentent de sauver le marché de Bamako

En savoir plus

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Chilla, un nouveau visage du hip-hop féminin français

En savoir plus

FOCUS

Sénatoriale dans l’Alabama : une élection qui divise sur fond de pédophilie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Super Poutine"

En savoir plus

FRANCE

Des dizaines de milliers de manifestants défilent contre la réforme du Code du travail

© Loic Venance, AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/09/2017

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté jeudi contre la loi "brutale" et "antisociale" réformant le Code du travail. La CGT et la France insoumise ont appelé à les syndicats à se joindre au mouvement pour faire plier le gouvernement.

À Tours, Paris, Rennes, Montpellier, Nîmes, Marseille, ou Caen, les slogans et pancartes rivalisaient de créativité. On pouvait lire "Fainéants de tous les pays, unissez-vous", "Séparation du pouvoir et du Medef" ou encore "La loi Macron, c'est pour les patrons". Pour cette deuxième journée de mobilisation contre la réforme du Code du travail, jeudi 21 septembre, la CGT a appelé les autres syndicats à se joindre à la contestation pour faire reculer le gouvernement.

Plus de 130 000 opposants à la réforme du code du travail ont battu le pavé jeudi, à la veille de la présentation des ordonnances en conseil des ministres, dans l'espoir d'infléchir la position du gouvernement, une mobilisation en baisse par rapport à la semaine dernière.

"132 000" personnes ont défilé dans toute la France selon le ministère de l'Intérieur, "plusieurs centaines de milliers", a assuré de son côté la CGT, sans donner de chiffre précis. Son secrétaire général Philippe Martinez a toutefois reconnu sur Franceinfo que le nombre de manifestants avait été "un peu inférieur" au 12 septembre. Entre 223 000 et 500 000 personnes avaient alors défilé dans toute la France.

>> À lire aussi : Ce qu'il faut savoir sur la réforme du code du travail

À Toulouse, le délégué syndical FO à la Macif Laurent Boisgontier, qui s'est joint au défilé, a tenu à rappeler : "On est là pour défendre le sort des salariés. Ce qui reste de la négociation est absolument inacceptable". À Perpignan, Bernard, un retraité de la Poste, est venu parce que "le projet brutal de Macron est antisocial et antidémocratique. Sous ses dehors jupitériens, il nous cache quelque chose de thatchérien". À Auch, Pierre Wiart, représentant Sud Solidaires dans le Gers, appelait à "lutter contre Macron, le Robin des Bois à l'envers".

Dans la plupart des cortèges, étaient également très présents les représentants de la France insoumise, qui prévoit une manifestation samedi contre le "coup d'État social" que représente cette réforme. "Ce n'est qu'un début", a lancé à Paris Jean-Luc Mélenchon, promettant "la masse" samedi.

Affaiblir le droit des salariés

Les syndicats s'inquiètent notamment d'une baisse des moyens accordés aux représentants du personnel, du plafonnement des indemnités prud'homales ou de la possibilité de passer outre les syndicats pour négocier dans les entreprises de moins de 50 salariés. S'il y a consensus entre les syndicats pour dire que cette loi risque d'affaiblir les droits des salariés - une vision que partagent les Français selon les sondages -, ils ne sont pas arrivés à faire front commun.

Pour ne pas rester en retrait de la grogne, les numéros un de la CFDT, de la CFTC et de l'Unsa ont appelé l'exécutif mardi à "ajuster" les ordonnances, pointant du doigt un projet "déséquilibré", qui "facilite" les licenciements.

Lundi, des syndicats routiers CFDT et CFTC ont ouvert le bal de la contestation de cette semaine, en organisant des rassemblements à Paris et en régions. Les syndicats CGT et FO du transport vont prendre le relais lundi prochain, avec une grève reconductible. Et ils promettent une "mobilisation massive". La fédération CGT des services publics a de son côté déposé un préavis de grève courant du lundi 25 septembre au 15 octobre.

Macron inflexible

Mais jusqu'à présent, Emmanuel Macron s'est montré inflexible pour faire aboutir une réforme applaudie par le patronat et les DRH, et qui reprend certaines de ses promesses emblématiques de campagne. Le Conseil des ministres doit adopter les ordonnances sur la réforme vendredi afin qu'elles puissent entrer en vigueur à la fin du mois.

De son côté, la principale association de DRH a salué mercredi des ordonnances "très positives", qui vont "moderniser" et simplifier" la vie des entreprises, quand Pierre Gattaz, le patron du Medef, s'est de nouveau réjoui de la réforme, la qualifiant de "belle avancée".

Avec AFP

Première publication : 21/09/2017

  • FRANCE

    Les forains, invités surprise de la manifestation contre la réforme du code du travail

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après le Code du travail, quatre autres chantiers sociaux en perspective

    En savoir plus

  • FRANCE

    Code du travail : une réforme taillée sur mesure pour les patrons de PME

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)