Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "le danger, c'est que les femmes se victimisent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Emmanuel Macron a réussi à faire exploser la gauche mais la droite résiste"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

Amériques

La Californie porte plainte contre l'administration Trump pour son mur anti-immigration

© Guillermo Arias, AFP | Vue d'une partie du mur déjà existant entre les États-Unis et le Mexique.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/09/2017

Selon le procureur général de Californie, le projet de mur anti-immigration souhaité par Donald Trump viole la Constitution américaine, les lois environnementales californienne et fédérale, ainsi que les statuts fédéraux.

Californie contre Washington. Le procureur général du grand État de l’ouest américain a porté plainte, mercredi 20 septembre, contre le gouvernement américain pour son projet de mur anti-immigration, promesse de campagne de Donald Trump.

Dans sa plainte, qui concerne les comtés frontaliers de San Diego et Imperial, Xavier Becerra estime que l'administration Trump viole la Constitution américaine, les lois environnementales californienne et fédérale, ainsi que les statuts fédéraux qui n'autorisent pas les projets en cours, selon le communiqué diffusé par le parquet.

>> À lire sur France 24 : "À l’ONU, Trump tente d’expliquer le bien-fondé de 'l'Amérique d’abord' au reste du monde"

Le gouvernement a annoncé en août avoir sélectionné quatre entreprises pour construire des prototypes de murs en béton renforcé à la frontière, sur une vingtaine de kilomètres dans la région de San Diego. Chaque section de mur coûtera entre 400 000 et 500 000 dollars.

Le président républicain a fait de la lutte contre l'immigration illégale à sa frontière sud une priorité de son administration. "Le mur est nécessaire pour la sécurité (…). Le mur empêchera l'essentiel des drogues de se déverser dans notre pays et d'empoisonner notre jeunesse", avait-il répété fin août.

"Dangereux"

Dans le communiqué, Xavier Becerra affirme que "l'administration Trump a une fois de plus fait fi des lois qu'elle n'apprécie pas, de façon à ressusciter une promesse de campagne de construire un mur à la frontière sud". "Le président n'a pas encore fait sa mue du candidat Trump vers le dirigeant d'un pays construit sur l'État de droit, ajoute-t-il. C'est dangereux. Si vous respectez la loi, vous inspirez à votre peuple la confiance et la certitude, si importantes pour la réussite. C'est comme cela que la Californie, qui n'est qu'un des cinquante États [de l’Union], est devenue la sixième économie mondiale. Et c'est pour cela que, si vous voulez faire des affaires en Californie, est cela vaut aussi pour le président, alors soyez préparés à respecter la loi".

>> À voir sur MashableFR : Trump trolle la Terre entière en voulant construire des panneaux solaires sur son mur avec le Mexique"

Le gouvernement américain a aussi lancé un appel d'offres pour des prototypes dans des matériaux autres que du béton. L'enveloppe pour le projet n'a pas été annoncée, et devra être négociée avec le Congrès, qui prépare actuellement le budget pour l'année budgétaire commençant le 1er octobre.

La Californie a intenté un autre recours contre une décision de l'administration, concernant l'abrogation d'un décret pris par Barack Obama qui régularisait temporairement des sans-papiers arrivés clandestinement sur le territoire américain alors qu'ils étaient enfants.

Avec AFP

Première publication : 21/09/2017

  • DIPLOMATIE

    À l’ONU, Trump tente d’expliquer le bien-fondé de "l'Amérique d’abord" au reste du monde

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La tête haute, Hillary Clinton règle ses comptes

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Trump ouvre une semaine de débats en critiquant la bureaucratie de l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)