Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Non, l'attentat de Mogadiscio n'a pas été oublié par les médias

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : au moins 3 morts à Sokodé

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "le danger, c'est que les femmes se victimisent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Emmanuel Macron a réussi à faire exploser la gauche mais la droite résiste"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

FRANCE

En crise ouverte avec Marine Le Pen, Florian Philippot quitte le FN

© Patrik Hertzog, AFP (archives) | Rien ne va plus entre Marine Le Pen et Florian Philippot. Le vice-président du FN a quitté le parti.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/09/2017

Récemment sanctionné par la présidente du FN, Florian Philippot, qui avait, mi-mai, lancé son propre mouvement politique, a déclaré jeudi quitter le parti. En réaction, Marine Le Pen a dénoncé un "positionnement de victimisation".

Coup de tonnerre au Front National (FN) !  Le vice-président du parti Florian Philippot, en crise ouverte avec plusieurs dirigeants frontistes et en désaccord avec sa présidente Marine Le Pen a annoncé, ce jeudi, son départ.

"On m'a dit que j'étais vice-président à "rien"… Écoutez, je n'ai pas le goût du ridicule, je n'ai jamais eu le goût de rien faire, donc bien sûr, je quitte le Front national", a déclaré Florian Philippot à la chaîne de télévision France 2. Il a dit contester la réorganisation du parti d'extrême droite. "J'ai vu semaine après semaine que cette refondation se passait mal", a ajouté le député européen, chantre de la "dédiabolisation" de son parti.

"Je respecte sa décision mais je conteste formellement l'habillage qu'il effectue et les accusations qu'il porte", a réagi Marine Le Pen lors de l'émission "Questions d'info LCP-AFP-Le Monde-Franceinfo", en dénonçant un "positionnement de victimisation" et "une critique outrancière" et "en partie diffamatoire" du FN de la part de son ex-vice président. Le parti "se remettra sans difficulté [de ce départ]", a-t-elle ajouté.

>> À lire sur France 24 : "Mardi politique - 'La refondation du FN se passe assez mal', selon Florian Philippot"

La veille, elle avait sanctionné Florian Philippot pour avoir refusé de quitter la tête de son association "Les Patriotes". La décision était tombée en soirée, via un communiqué : la présidente du parti a "décidé" ne lui laisser qu'une vice-présidence "sans délégation", après son refus de "mettre un terme au conflit d'intérêts résultant de sa double responsabilité de vice-président du FN, chargé de la stratégie et de la communication et de président de l'association politique "les Patriotes" lancée mi-mai dans la foulée de la présidentielle.

"Un retour en arrière absolument terrifiant"

Quelques minutes plus tôt, l’énarque qui avait été propulsé directeur stratégique de la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2011, et était depuis la principale figure du FN à intervenir au quotidien dans les médias, avait campé sur sa position sur CNews. Et ce, malgré une dernière mise en garde de sa présidente mercredi matin. "Et si on veut me démettre et m'empêcher de travailler à la refondation du FN, il faudra le faire. Je le regretterai amèrement", avait-il lancé.

L'eurodéputé a dénoncé à la télévision un "prétexte" au moment où, engagé dans un débat de "refondation" depuis la présidentielle, "le FN est en train de changer complètement de ligne, de faire un retour en arrière absolument terrifiant, qui affole des milliers de personnes".

Son "engagement politique reste intact, j'ai mes mandats, je continuerai à me battre", a-t-il par ailleurs annoncé ce jeudi. "Je suis gaulliste, je n'ai jamais renoncé à mes convictions, y compris en arrivant au FN, je me battrai donc. Sous quelle forme, on verra bien, ce n'est pas le moment d'en parler", a-t-il insisté.

Au-delà du réel conflit de personnes, certains frontistes espèrent affaiblir les options idéologiques défendues par Florian Philippot. L'élu de la région Grand Est est farouchement anti-euro et veut un discours portant aussi bien sur les questions sociales, sociétales que sécuritaires, quand d'autres sont plus libéraux économiquement et plaident pour un parti focalisé sur la lutte contre l'immigration et "l'islamisme".

Mais la sanction est aussi et surtout la suite logique de plusieurs mois de conflit croissant entre la présidente du FN et celui qui était jusque-là considéré comme son bras droit, son éminence grise et son alter ego idéologique.

Avec AFP

Première publication : 21/09/2017

  • MARDI POLITIQUE

    Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après son séminaire, le Front national entretient le flou et s'en remet aux militants

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Contesté au sein du FN, Florian Philippot lance son "association" baptisée "Les Patriotes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)