Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 22/09/2017

Rohingya : "Le plus urgent, c'est d'arrêter la violence", insiste le Haut Commissaire pour les réfugiés

© France 24

En marge de l'Assemblée générale de l'ONU, le Haut Commissaire pour les réfugiés Filippo Grandi a accordé un entretien à France 24. Il s'apprête à se rendre au Bangladesh, où des centaines de milliers de Rohingya se sont réfugiés. Il doit notamment y évaluer l'aide financière à apporter à Dacca. "Les agences ont lancé conjointement un appel initial de 77 millions de dollars, mais c'est tout à fait initial, parce que c'est clair que les besoins sont beaucoup plus importants", alerte-t-il.

Il appelle la Birmanie à rétablir l'accès de l'ONU au pays. "Mais le plus important", dit-il, "c'est que la violence cesse et que les conditions soient de nouveau établies pour que les réfugiés puissent rentrer chez eux".

>> À voir, le reportage : "Violences contre les Rohingyas : les camps du Bangladesh dépassés par l'afflux de réfugiés"

Filippo Grandi revient également sur la situation des refugiés en Libye, où le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) prévoit de renforcer sa présence dès le mois d'octobre. Il demande à la communauté internationale, tout particulièrement aux pays européens, d'offrir 40 000 places aux réfugiés cherchant à fuir cette zone.

La proposition française de développer des centres d'identification dans les pays africains avait reçu un accueil mitigé au Tchad et au Niger, lorsque le président Macron l'avait annoncé cet été. Filippo Grandi estime cependant que cette solution peut être "très utile". "Nous ne voulons pas que l'Europe transfère ses responsabilités d'identification des réfugiés au-dehors des frontières européennes", explique-t-il, "mais je pense que l'intention est un petit peu différente. Il s'agit d'une forme de programme de réinstallation comme nous l'avons dans beaucoup de pays et nous sommes prêts à coopérer".

Par Marc PERELMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/07/2018 Afrique

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

À 46 ans, il est certainement, depuis une vingtaine d'années, l'un des principaux acteurs de la vie politique tourmentée de la Côte d'Ivoire. Tour à tour chef des rebelles des...

En savoir plus

19/07/2018 Marc PERELMAN

Bianca Jagger : "Ortega a trahi la révolution sandiniste du Nicaragua"

Le Nicaragua fait face à l'une des plus graves crises depuis la révolution de 1979 dont le pays commémore le 39e anniversaire. Dans un entretien accordé à France 24, Bianca...

En savoir plus

18/07/2018 James ANDRE

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

À l'occasion de la publication mercredi du rapport annuel de l'Onusida, le directeur de l'agence, Michel Sidibé, revient pour France 24 sur le recul de l'épidémie de VIH, les...

En savoir plus

12/07/2018 EUROPE

Porochenko : "La position officielle des États-Unis est que la Crimée est ukrainienne"

Dans un entretien réalisé par France 24 lors du sommet de l'Otan, le président ukrainien se déclare certain qu'il n'y aura pas de négociations sur la Crimée entre les présidents...

En savoir plus

09/07/2018 Marc PERELMAN

Président du CICR : "Les accords de rapatriement des Rohingya sont illusoires"

Président du Comité international de la Croix-Rouge, Peter Maurer s’est exprimé depuis Genève pour France 24 sur la situation des Rohingya. De retour de Birmanie et du...

En savoir plus