Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

#ActuElles

Tacler le harcèlement, un hashtag à la fois

En savoir plus

REPORTERS

Turkménistan : les Jeux du dictateur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avec la Fiac, la fièvre de l'art contemporain gagne Paris... et la campagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Espagne, l'article 155 pour sauver les Catalans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la "flat tax" sur les revenus du capital adoptée à l'Assemblée

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 8h45.

Dernière modification : 22/09/2017

Ghassan Salamé : le processus politique en Libye est ouvert "à tout le monde sans exception"

© France 24

Le représentant spécial de l'ONU en Libye Ghassan Salamé, nommé en juin, doit permettre une sortie de crise dans le pays. Dans un entretien accordé à Marc Perelman, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, il revient sur le processus politique en cours, qu'il veut ouvert à tous, y compris aux anciens partisans de Kadhafi.

"Je ne veux pas que l'accord politique soit la propriété privée de tel ou tel, mais qu'il soit ouvert à l'ensemble de la population, ça, je le dis clairement à tout le monde", déclare-t-il. Ce processus inclut des partisans des anciens régimes – kadhafiste et monarchiste – et "pourrait inclure" Seïf al-Islam, le fils de Mouammar Kadhafi.

Ghassan Salamé précise qu'il n'est pas en contact avec ce dernier et "ne tient pas à le rencontrer, mais ses partisans viennent me rendre visite, je les reçois et je les invite à rejoindre le processus politique".

Les groupes islamistes violents cependant "ne veulent pas jouer le jeu démocratique et eux-même s'excluent du jeu démocratique, mais ce n'est pas moi qui les exclut".

>> À lire aussi : Pourquoi la diplomatie d’Emmanuel Macron n’a pas vraiment aidé la Libye

Par Marc PERELMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

14/10/2017 Birmanie

"Les déclinaisons du bouddhisme ne sont pas forcément pacifistes"

Depuis plusieurs semaines, plus d’un demi-million de Rohingyas ont fui l’État d'Arakan, en Birmanie, pour le Bangladesh. Comment expliquer la situation de cette minorité...

En savoir plus

13/10/2017 Économie mondiale

Christine Lagarde : "Une telle reprise est une première en 10 ans"

Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a accordé un entretien à France 24 à l'occasion des réunions d'automne de son institution et de la...

En savoir plus

06/10/2017 Turquie

Pour Cavusoglu, le référendum au Kurdistan irakien était "une grave erreur"

Mevlüt Cavusoglu est l'invité de Marc Perelman dans l’Entretien. Le ministre turc des Affaires étrangères estime que le référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien était...

En savoir plus

16/11/2010 Irak

Jalal Talabani, président irakien

Sylvain Attal reçoit Jalal Talabani, président irakien. Le président Talabani affirme qu'il ne signera pas l'acte de condamnation à mort de Tarek Aziz, ancien vice-Premier...

En savoir plus

30/09/2017 Voile

Yvan Bourgnon : "J'ai touché mon Everest au prix de risques énormes"

Navigateur, aventurier, explorateur et sportif de haut niveau, le suisse Yvan Bourgnon vient tout juste de relier l'océan Pacifique à l'océan Atlantique en empruntant le passage...

En savoir plus