Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'exploration du monde, c'est la nature humaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali: 160 pompiers tentent de sauver le marché de Bamako

En savoir plus

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Chilla, un nouveau visage du hip-hop féminin français

En savoir plus

FOCUS

Sénatoriale dans l’Alabama : une élection qui divise sur fond de pédophilie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Super Poutine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'OMC sous la pression des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Laurent Wauquiez, adroit ou à droite?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 8h45.

Dernière modification : 22/09/2017

Ghassan Salamé : le processus politique en Libye est ouvert "à tout le monde sans exception"

© France 24

Le représentant spécial de l'ONU en Libye Ghassan Salamé, nommé en juin, doit permettre une sortie de crise dans le pays. Dans un entretien accordé à Marc Perelman, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, il revient sur le processus politique en cours, qu'il veut ouvert à tous, y compris aux anciens partisans de Kadhafi.

"Je ne veux pas que l'accord politique soit la propriété privée de tel ou tel, mais qu'il soit ouvert à l'ensemble de la population, ça, je le dis clairement à tout le monde", déclare-t-il. Ce processus inclut des partisans des anciens régimes – kadhafiste et monarchiste – et "pourrait inclure" Seïf al-Islam, le fils de Mouammar Kadhafi.

Ghassan Salamé précise qu'il n'est pas en contact avec ce dernier et "ne tient pas à le rencontrer, mais ses partisans viennent me rendre visite, je les reçois et je les invite à rejoindre le processus politique".

Les groupes islamistes violents cependant "ne veulent pas jouer le jeu démocratique et eux-même s'excluent du jeu démocratique, mais ce n'est pas moi qui les exclut".

>> À lire aussi : Pourquoi la diplomatie d’Emmanuel Macron n’a pas vraiment aidé la Libye

Par Marc PERELMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

11/12/2017 Afrique

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

Dans un entretien exclusif accordé au Mali, l'amiral Laurent Isnard aborde l'opération Sabre au Sahel. Le général commandant des opérations spéciales évoque les spécificités de...

En savoir plus

09/12/2017 Afrique

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

Dans un entretien exclusif accordé à France 24, le président nigérien Mahamadou Issoufou a estimé que si les pays du Sahel ne prenaient pas de mesures effectives dans la région,...

En savoir plus

29/11/2017 Processus de paix israélo-palestinien

Tsivia Walden Peres : "Les accords d'Oslo sont un point de non-retour"

Ex-président de l’État d’Israël, Shimon Peres s'en est allé en septembre 2016, mais sa voix raisonne encore, notamment au travers de ses mémoires. Dicté quelques semaines avant...

En savoir plus

25/11/2017 Afrique

Alassane Ouattara : "Tout est rentré dans l'ordre" avec Guillaume Soro

Dans un entretien exclusif accordé à France 24 depuis Abidjan, le président ivoirien Alassane Ouattara a affirmé que "tout était rentré dans l’ordre" avec le président de...

En savoir plus

18/11/2017 Viol

"Le viol de guerre a longtemps été considéré comme de la violence légitime"

Justine Brabant et Leïla Minano, co-auteures avec Anne-Laure Pineau de l’ouvrage "Impunité zéro, violences sexuelles en temps de guerre, l'enquête" (Éd. Autrement) sont nos...

En savoir plus