Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 22/09/2017

Ghassan Salamé : le processus politique en Libye est ouvert "à tout le monde sans exception"

© France 24

Le représentant spécial de l'ONU en Libye Ghassan Salamé, nommé en juin, doit permettre une sortie de crise dans le pays. Dans un entretien accordé à Marc Perelman, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, il revient sur le processus politique en cours, qu'il veut ouvert à tous, y compris aux anciens partisans de Kadhafi.

"Je ne veux pas que l'accord politique soit la propriété privée de tel ou tel, mais qu'il soit ouvert à l'ensemble de la population, ça, je le dis clairement à tout le monde", déclare-t-il. Ce processus inclut des partisans des anciens régimes – kadhafiste et monarchiste – et "pourrait inclure" Seïf al-Islam, le fils de Mouammar Kadhafi.

Ghassan Salamé précise qu'il n'est pas en contact avec ce dernier et "ne tient pas à le rencontrer, mais ses partisans viennent me rendre visite, je les reçois et je les invite à rejoindre le processus politique".

Les groupes islamistes violents cependant "ne veulent pas jouer le jeu démocratique et eux-même s'excluent du jeu démocratique, mais ce n'est pas moi qui les exclut".

>> À lire aussi : Pourquoi la diplomatie d’Emmanuel Macron n’a pas vraiment aidé la Libye

Par Marc PERELMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/06/2018 Aziza NAIT SIBAHA

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

La physicienne tunisienne et auteure de "Sacrées questions... Pour un islam d'aujourd'hui" (Ed. Odile Jacob) Faouiza Charfi revient sur l’importance d'une "lecture scientifique...

En savoir plus

20/06/2018 Marc PERELMAN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

Dans un entretien accordé à France 24, le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, revient notamment sur le sommet de l'Alliance qui doit se tenir les 11 et 12 juillet à...

En savoir plus

18/06/2018 Santiago LOPEZ GONZALEZ

Humberto de la Calle : "Changer l'accord de paix avec les Farc serait une erreur historique monumentale"

Humberto de la Calle, candidat malheureux à la présidentielle colombienne revient sur l'échec de sa candidature, ainsi que sur les raisons qui l’ont poussé à voter blanc lors du...

En savoir plus

18/06/2018 Afrique

Anjan Sundaram : "Au Rwanda, l'État s’impose sur la réalité"

Journaliste indien ayant vécu cinq ans au Rwanda, Anjan Sundaram est l’auteur de "Bad news, last journalists in a dictatorship". Il revient sur la situation économique et sociale...

En savoir plus

15/06/2018 Xavier CHEMISSEUR

Gernot Rohr : "Nous avons réussi à monter un groupe de jeunes joueurs solidaires"

Alors que la Coupe du monde vient de débuter, nous recevons un globe-trotter du football, ancien joueur du Bayern Munich et des Girondins de Bordeaux, ancien sélectionneur du...

En savoir plus