Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Chilla, un nouveau visage du hip-hop féminin français

En savoir plus

FOCUS

Sénatoriale dans l’Alabama : une élection qui divise sur fond de pédophilie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Super Poutine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'OMC sous la pression des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Laurent Wauquiez, adroit ou à droite?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RD Congo : 14 Casques bleus tués dans le Nord-Kivu

En savoir plus

Moyen-Orient

Vidéo : À Erbil, le référendum sur l'indépendance divise

© Orianne Verdier / France 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/09/2017

La quasi-totalité des Kurdes d'Irak rêve de l'indépendance de leur région autonome mais le référendum du 25 septembre divise. Dans la capitale Erbil, où l'enthousiasme est largement majoritaire, certains ne cachent pas leurs inquiétudes. Reportage.

Erbil s'impatiente : elle attend le référendum qui décidera de son sort. Dans les rues de la capitale régionale du Kurdistan irakien, les couleurs du drapeau kurde – rouge, vert, blanc – sont omniprésentes. Certains, particulièrement enthousiastes, ont peint leur voiture de ces tonalités et d'autres ont même changé leur plaque d'immatriculation en remplaçant "Irak" par "Kurdistan".

La grande majorité du million d'habitants de cette ville, fief du président kurde Massoud Barzani, affirme que l'indépendance est légitime et regrette même que cette consultation arrive si tard. Le Kurdistan irakien bénéficie depuis 1991, après la guerre du Golfe, d'un statut d'autonomie qui frise l'indépendance, avec ses propres institutions, son propre budget, son parlement.

>> À lire sur France 24 : "À Erbil, le petit salon de thé kurde qui résiste encore et toujours"

L'engouement kurde pour ce référendum vers l'indépendance est nourri par des dizaines d'années d'oppression et de marginalisation, ressenties par les Kurdes, de la part du gouvernement de Bagdad. Ils se souviennent également douloureusement de la division historique de leurs territoires par la communauté internationale. "L'Irak et le Kurdistan ont été unis par les grandes puissance, mais à l'origine nous ne faisions pas partie de l'Irak. Notre territoire et notre langue sont différents", explique à France 24 Bahjad, un habitant de la capitale.

>> À voir sur France 24 : "24 heures à Erbil : les rêves d'indépendance de la capitale du Kurdistan irakien"

Derrière les apparences, certains habitants refusent néanmoins la tenue de ce référendum. Avocat et activiste, Mir Baba estime que le référendum ne sera pas une solution à la crise politique et économique du Kurdistan. "Aucun individu n'a bénéficié de la politique menée depuis ces vingt-six dernières années. Ce serait donc les personnes qui ont mené ces politiques néfastes qui prendront le pouvoir ?", s’offusque-t-il.

la pression de la communauté internationale, le président Barzani continue d'affirmer que le référendum aura bien lieu. Mais beaucoup craignent que ces tensions rendent le "oui à l'indépendance" difficile à mettre en pratique.

Première publication : 22/09/2017

  • IRAK

    La Cour suprême irakienne ordonne la suspension du référendum d'indépendance au Kurdistan

    En savoir plus

  • IRAK

    L'ONU propose un accord entre Bagdad et Erbil d'ici à trois ans plutôt que le référendum

    En savoir plus

  • KURDISTAN IRAKIEN

    À Erbil, le petit salon de thé kurde qui résiste encore et toujours

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)