Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

Moyen-Orient

Kurdistan : le président Barzani insiste sur le maintien du référendum d'indépendance

© Marwan Ibrahim, AFP | Le président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani (centre), lors d'un rassemblement le 12 septembre 2017 à Kirkouk.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/09/2017

À trois jours du référendum sur l'indépendance du Kurdistan, le président de la région autonome, Massoud Barzani, a écarté la possibilité d’annuler le scrutin malgré l’opposition de Bagdad. Il s’est toutefois dit ouvert à négocier après le vote.

"Maintenant le référendum n'est plus entre mes mains, ni entre celles des partis (politiques), il est entre vos mains." Lors de son dernier meeting de campagne à Erbil, vendredi 22 septembre, le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani a réaffirmé que le référendum d'indépendance aurait bien lieu lundi 25 septembre, quitte à négocier ensuite avec le gouvernement irakien fermement opposé au scrutin.

>> À voir sur France 24 : "J'ai lutté toute ma vie pour un Kurdistan indépendant"

"Nous sommes prêts à un dialogue sérieux (...) avec Bagdad, mais après le 25 septembre, parce que maintenant c'est trop tard", a-t-il lancé devant une foule considérable rassemblée dans le stade de football de la capitale de la région autonome.

Le chef kurde multiplie les rassemblements populaires ces derniers jours. Il en a tenu à Kirkouk, Souleimaniyeh, Zakho et Dohouk, où il a martelé ces mêmes convictions.

Un revirement d'opinion encore possible

Cependant les négociations se poursuivent pour le faire changer d'avis, ont indiqué à l'AFP des responsables proches des discussions. "Rien n'est bouclé, on continue de discuter pour essayer de lui offrir des garanties sérieuses qui le fassent changer d'avis", a dit l'un d'eux sous le couvert de l'anonymat.

>> À lire sur France 24 : Les Kurdes, un peuple sans État en quête de reconnaissance

Selon les autorités kurdes, une victoire du "oui" n'entraînera pas illico l'annonce de l'indépendance, mais constituera un moyen de pression pour arracher au pouvoir central de Bagdad des concessions sur les contentieux liés au pétrole et aux finances.

Avec AFP

Première publication : 22/09/2017

  • IRAK

    La Cour suprême irakienne ordonne la suspension du référendum d'indépendance au Kurdistan

    En savoir plus

  • IRAK

    Référendum sur le Kurdistan irakien : "Nous n’avons pas de place dans ce pays artificiel"

    En savoir plus

  • IRAK

    Le Kurdistan irakien tiendra un référendum sur son indépendance le 25 septembre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)