Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Baisse des APL, hausse de la CSG, suppression de l’ISF : Macron persiste et signe

En savoir plus

Le mouvement HLM ne veut plus discuter d'une baisse des APL

© AFP/Archives | Immeuble d'Habitation à loyer modéré (HLM)à Calais, le 20 septembre 2017

PARIS (AFP) - 

Le mouvement HLM ne veut plus discuter de la baisse des APL dans le secteur du logement social que le gouvernement veut mettre en place en 2018, a indiqué vendredi son délégué général, Frédéric Paul.

"Nous refusons de poursuivre la discussion", a déclaré M. Paul, à quelques jours de l'ouverture du congrès de l'Union sociale pour l'habitat (USH, 723 bailleurs sociaux) et de la présentation par le gouvernement du projet de budget 2018.

"On a passé trois ou quatre semaines à essayer de travailler sur ce que l'Etat a appelé les compensations financières, pour que l'opération soit neutre pour l'équilibre économique des HLM. Mais les compensations n'y sont pas", a-t-il indiqué.

L'Etat "ne peut pas proposer des mesures qui mettent en cause notre capacité à travailler et la manière dont les locataires sont traités", a-t-il ajouté.

Le gouvernement veut dégager 1,4 milliard d'euros d'économies dans le budget 2018 en baissant les APL dans le logement social.

Cette baisse serait compensée par une baisse des loyers perçus par les bailleurs sociaux, au risque, selon eux, de compromettre leur équilibre financier.

L'USH estime que plus de 100 organismes HLM se trouveraient en difficulté si la mesure était adoptée.

Selon Frédéric Paul, il existait d'autres pistes pour que les organismes HLM contribuent à la réduction du déficit budgétaire.

Leur importante trésorerie (7 milliards d'euros) pourrait être "en partie" déposée à la Caisse des dépôts pour financer des prêts bonifiés à taux zéro. Et les organismes HLM ont proposé de contribuer au financement de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), a-t-il ajouté.

"Le principe de la baisse des APL dans le logement social n'est pas acceptable. Si vous baissez les APL, les gens pauvres auront de plus en plus de mal à rentrer dans les HLM. Ils iront chez les marchands de sommeil", a-t-il indiqué.

Le congrès de l'USH se tiendra la semaine prochaine, de mardi à jeudi, à Strasbourg. Le projet de budget sera présenté mercredi au Parlement par le gouvernement.

© 2017 AFP