Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

Le titre L'Oréal bondit en Bourse après l'annonce du décès de Liliane Bettencourt

© AFP/Archives | Présentation de graphiques de résultats de L'Oréal au Salon Actionaria à Paris, le 18 novembre 2016

PARIS (AFP) - 

L'action L'Oréal prenait près de 4% vendredi matin à la Bourse de Paris, après l'annonce du décès de Liliane Bettencourt, héritière du groupe de cosmétiques et femme la plus riche du monde, qui relance les spéculations sur l'avenir de la participation de Nestlé.

A 10H31 (08H31 GMT), le titre L'Oréal montait de 4,08% à 183,80 euros, dans un marché en hausse de 0,16%. De son côté, l'action Nestlé gagnait 0,99% à 81,50 francs suisses, à la Bourse suisse où l'indice SMI était quasiment stable.

Quatrième plus gros groupe de l'indice CAC 40 avec un poids boursier de près de 99 milliards d'euros, L'Oréal est toujours contrôlée de près par les héritiers du fondateur, Eugène Schueller, le père de Liliane Bettencourt, qui détiennent un tiers du capital.

Françoise Bettencourt Meyers, 64 ans, la fille de Liliane Bettencourt, siège au conseil d'administration du groupe depuis 1997. Elle est aussi la présidente du holding familial Thétys, actionnaire majoritaire de L'Oréal à 33,05% des parts au 31 décembre 2016, dont Liliane Bettencourt conservait l'usufruit.

La famille Bettencourt Meyers a également un pacte d'actionnaires avec le géant suisse de l'agroalimentaire Nestlé qui possède actuellement 23,12% de L'Oréal.

"Nous adressons nos plus sincères condoléances et toute notre sympathie à la famille de Madame Bettencourt", a réagi une porte-parole de Nestlé dans un courriel à l'AFP, tout se réservant pour l'heure à tout commentaire.

Neslé, qui s'est réservé pour l'heure à tout commentaire, avait par le passé parfois été considéré comme un possible candidat à un rachat de L'Oréal, mais le fonds activiste américain Third Point, présent au capital de Nestlé, a au contraire récemment appelé le groupe helvétique à vendre le reste de sa participation dans L'Oréal.

Avec un pacte d'actionnaires qui "prévoit que celui-ci devient caduc 6 mois après le décès de Liliane Bettencourt" et un "fonds activiste Third Point, qui met la pression sur le groupe suisse depuis quelques mois" en étant partisan d'une cession des actions L'Oréal, "le leader mondial des cosmétiques pourrait ainsi racheter cette participation en utilisant son bilan", ont souligné les analystes de Aurel BGC.

"Rappelons en outre que L'Oréal détient 9% du capital de Sanofi, ce qui pourrait l'aider à financer le rachat éventuel des parts de Nestlé. Mais à ce stade, rien n'est encore écrit", ont-ils complété.

- spéculations sur la participation de Nestlé-

"Le décès de l'héritière de L'Oréal devrait raviver les spéculations sur ce que Nestlé va faire sa participation", ont de leur côté réagi les analystes de la Banque cantonale de Zurich dans un commentaire boursier.

Cette participation, qui équivaut à quelque 27 milliards de francs suisses (23,2 milliards d'euros), représente quelque 11% de la capitalisation boursière de Nestlé et contribue à environ 10% de ses bénéfices, ont-ils chiffré.

En 2014, le géant suisse avait déjà cédé 8% de sa participation, et racheté au passage la société de produits dermatologiques Galderma qu'il co-gérait auparavant avec L'Oréal, pour rajouter une nouvelle corde à son arc en développant de nouvelles activités dans les soins de la peau.

Peter Brabeck, président de l'époque de Nestlé, avait toutefois répété à de nombreuses reprises qu'il n'entendait pas changer de ligne, jugeant cette participation "stratégique". Le groupe a depuis connu de grands changements dans son équipe dirigeante, ouvrant la voie à de nombreuses questions quant à l'orientation de sa future stratégie.

Les résultats de l'Oréal (connu pour ses marques L'Oréal Paris, Garnier, Lancôme, Vichy, Maybelline...) sont florissants. Son chiffre d'affaires s'est élevé l'an dernier à 25,84 milliards d'euros (+2,3% sur un an), et une nouvelle rentabilité record est attendue cette année, après la cession de son enseigne The Body Shop pour un milliard d'euros au brésilien Natura Cosméticos.

Une situation dont le groupe de cosmétiques avait modestement tiré les fruits en Bourse jusqu'à hier soir puisque l'action l'Oréal avait progressé de 1,85% depuis le 1er janvier jeudi soir à la clôture du marché. Après cette annonce, sa progression annuelle bondissait vendredi matin à +5,57%.

© 2017 AFP