Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Minkowski transporte "La Vie Parisienne" d'Offenbach sur le pavé bordelais

© AFP/Archives | Marc Minkowski à l'Opéra national de Bordeaux, le 7 septembre 2016

BORDEAUX (AFP) - 

"La Vie parisienne" de Jacques Offenbach, "création" de Marc Minkowski pour l'Opéra national de Bordeaux (ONB), inaugure du 23 septembre au 1er octobre la toute première saison du maestro à la tête de l'établissement.

Avant même de prendre officiellement ses fonctions, Marc Minkowski avait promis "de faire rayonner, hors les murs, l'opéra qui ne doit pas être un art d'élite dans un bâtiment somptueux dont on n'ose pas ouvrir la porte".

Le 26 septembre, les Bordelais pourront suivre en direct, pendant 2h20, "La Vie Parisienne" sur grand écran, Place de la Comédie.

Cet opéra comique créé au Théâtre du Palais-Royal le 31 octobre 1866, dont le livret fut co-signé par Henri Meilhac et Ludovic Halévy, inaugure le festival "Gare à l'Opéra!", en écho à la mise en service de la ligne à grande vitesse (LGV) Paris-Bordeaux, le 2 juillet dernier.

"La Vie Parisienne" est en effet "le seul opéra dont la totalité du premier acte se passe en gare", précise le patron de l'ONB.

"Cette création", dirigée par Marc Minkowski lui-même, et mise en scène par Vincent Huguet sur une chorégraphie originale de Kadder Attou, est "une manière festive de saluer en musique ce bond technologique, qui met Bordeaux quasiment à une station de métro de Paris", explique le maestro.

Alors qu'en 1866 la capitale s?agite pour la préparation de l?exposition universelle prévue l?année suivante, "l'immigré allemand (Jacques Offenbach), débarqué trois décennies plus tôt sur les bords de la Seine, n'a désormais qu'un pays: Paris", raconte Marc Minkowski.

Accompagné de ses amis librettistes Meilhac et Halévy, le "petit Mozart des Champs-Elysées" - comme le surnommait Gioachino Rossini - met alors en musique "La Vie Parisienne", un truculent portrait de la capitale.

Pour le fondateur des Musiciens du Louvre installé depuis peu à Bordeaux, la musique d'Offenbach, "étourdissante, aérienne, espiègle, archi-célèbre mais jamais lassante, n?a pas pris une ride". Marc Minkowski note au passage que Bordeaux fut aussi la "ville natale de la muse d?Offenbach, Hortense Schneider".

Autre temps fort de cette célébration de la grande vitesse à Bordeaux, un concert symphonique très éclectique, adapté de pièces sur "la thématique de la vitesse", signées Felix Mendelssohn (1809-1847), Richard Wagner (1813-1883), Arthur Honegger (1892-1955) ou Duke Ellington (1899-1974), sous la baguette du directeur de l'Orchestre national Bordeaux Aquitaine (ONBA), le Britannique Paul Daniel, du 23 au 25 septembre.

© 2017 AFP