Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Israël : Tzipi Livni appelle à un gel de la colonisation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Rachat de Fox par Disney : la souris croque le renard pour 66 mds de dollars

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : la performance de Vladimir Poutine scrutée dans les médias

En savoir plus

LE DÉBAT

Russie : Vladimir président, Poutine candidat

En savoir plus

POLITIQUE

Les Républicains : Les travaux d’Hercule de Laurent Wauquiez

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Kev Adams, dans la peau d’un snowboarder surdoué

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Avec Jerusalem, les États-Unis ont réduit les chances d’une solution négociée"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la frontière irlandaise, casse-tête du Brexit

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La réunion de l'OMC accouche de... rien

En savoir plus

Mode à Milan: Versace s'assure la vedette avec un défilé hautement glamour

© AFP / Par Joshua MELVIN, Céline CORNU | La styliste italienne Donatella Versace (en noir) devant les mannequins stars des années 90 (GàD) Carla Bruni, Claudia Schiffer, Naomi Campbell, Cindy Crawford et Helena Christensen, le 22 septembre 2017 à Milan

MILAN (AFP) - 

Donatella Versace s'est assuré vendredi le clou du spectacle de la "fashion week" de Milan, avec un défilé on ne peut plus glamour de mannequins vedette dédié à la mémoire de son frère Gianni.

Le personnel de sécurité a été contraint d'intervenir pour repousser les assauts du public, électrisé et prêt à tout pour monter sur scène et célébrer les invités d'honneur de ce défilé surprise.

Un fois le rideau blanc levé à la fin de la présentation de la nouvelle collection Versace, les mannequins Cindy Crawford, Carla Bruni, Naomi Campbell, Helena Christensen et Claudia Schiffer, toutes d'or vêtues, sont apparues sous les acclamations du public.

"Gianni, c'est pour toi", a lancé une voix, en mémoire du grand couturier assassiné il y a 20 ans à Miami.

Pantalons aux couleurs vives, dessins baroques pour des robes parfois inspirées par le pop art d'Andy Warhol ou le cuir des rockers, ont enthousiasmé les fashionistas à Milan, y compris le champion de Formule 1 Lewis Hamilton ou le directeur artistique de Gucci Alessandro Michele.

Plus tôt dans la journée, Giorgio Armani avait quant à lui pris le parti d'oublier pour un temps la dureté du monde et les inquiétudes géopolitiques du moment.

Sa collection printemps-été respirait la modernité, avec des imprimés aux couleurs vives et des coupes nettes. "Ce n'est pas parce qu'on vit un moment triste que je dois rendre les femmes tristes sur les podiums", a déclaré à la presse le vétéran de 83 ans après son show organisé au théâtre Armani.

La garde-robe du maestro regorgeait de petites vestes, robes courtes aux ourlets asymétriques et jupes plissées étincelantes.

Les tailleurs pantalon aux vestes vaporeuses, ornés de brillants, et des jupes de soie vertes ou argent complétaient un vestiaire qui exprime "l'élégance linéaire et sophistiquée du langage Armani".

Comme à son habitude, le styliste a fait une furtive apparition en fin de défilé, sortant des coulisses en pull marine et pantalon sombre, pour recevoir l'ovation du public.

Après une année difficile marquée par une baisse de ses ventes, le groupe de luxe Giorgio Armani a annoncé en juillet une importante réorganisation de ses marques afin de répondre aux "changements constants du marché".

Les enseignes Armani Collection et Armani Jeans vont être absorbées par Emporio Armani, afin de mieux concentrer l'activité sur le luxe avec l'enseigne Giorgio Armani ou sur la mode avec l'enseigne Emporio Armani.

- "Stop aux smartphones !" -

Parmi les jeunes talents en lice vendredi à Milan, la styliste chinoise Anna Chang, avec sa marque Annakiki, a proposé une collection provocatrice sur le thème de l'addiction aux smartphones.

"Je suis mieux qu'un téléphone, parlez-moi", "Oubliez votre téléphone, souciez-vous de votre manteau", pouvait-on lire sur le dos de certains pardessus.

"La collection est un moyen de lancer un petit avertissement: ne soyez pas trop accros aux réseaux sociaux ou à vos téléphones. Le lien humain est vraiment le plus important", a expliqué à l'AFP Anna Chang, 33 ans.

Les filles Annakiki sont "un peu bizarres socialement, mais très jolies et très séduisantes", explique la styliste issue d'une famille de tailleurs et qui a fabriqué sa première robe quand elle avait huit ans.

Créé en 2013, son label compte une vingtaine de magasins en Chine et se développe à l'international.

La journée a aussi été marquée par les débuts à Milan du Britannique Paul Surridge chez Roberto Cavalli, griffe connue pour ses imprimés exotiques et ses jeans vieillis par projection de sable qu'elle fut la première à lancer dans les années 1990.

Pour le printemps prochain, sa garde-robe prévoit des robes moulantes aux teintes unies, partiellement transparentes.

"J'ai essayé d'aller chercher une nouvelle sensualité, dont je pense qu'elle manque à la mode féminine aujourd'hui, et de trouver un nouveau look comme M. Cavalli l'avait fait à son époque", a déclaré à l'AFP Paul Surridge après le show.

Par Joshua MELVIN, Céline CORNU

© 2017 AFP