Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Léonard She Okitundu : "La RDC n'exclut pas des mesures de rétorsion contre l'UE"

En savoir plus

LE DÉBAT

"One Planet Summit" : sans les États-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

Une sonde de la Nasa catapultée vers un astéroïde par la gravitation terrestre

© nasa/AFP/Archives | Le vaisseau OSIRIS-REx, le 7 septembre 2016 à Cap Canaveral en Floride

MIAMI (AFP) - 

Une sonde de la Nasa est revenue vers la Terre vendredi pour se servir de la gravitation comme d'un effet de catapulte qui lui permettra d'atteindre plus facilement l'astéroïde Bennu qui tourne autour du soleil, a affirmé l'agence spatiale américaine.

Cette assistance gravitationnelle s'est produite à mi-chemin du parcours du vaisseau OSIRIS-REx, dont le but est de collecter un échantillon de l'astéroïde en 2018 et de le ramener sur Terre pour examen en 2023.

Les scientifiques estiment que Bennu ayant très peu changé depuis sa formation, le corps cosmique riche en carbone pourrait révéler de précieuses informations sur l'état du système solaire et de la Terre il y a plusieurs milliards d'années.

L'élan pris vendredi est "une façon intelligente de faire avancer le vaisseau vers l'orbite de Bennu en utilisant la gravité terrestre au lieu d'utiliser du carburant", a commenté Dante Lauretta de l'université de l'Arizona à Tucson et qui travaille sur OSIRIS-REx. L'opération s'est produite à 17.000 km au dessus de l'Antarctique.

La Nasa a par ailleurs affirmé avoir "pris ses précautions pour assurer la sécurité du vaisseau pendant son vol" dans une zone de l'espace où de nombreux satellites sont présents.

OSIRIS-REx devrait perdre toute communication avec la Terre pendant près d'une heure durant ce survol.

© 2017 AFP