Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Sissi : "Plusieurs pays soutiennent le terrorisme"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L’extrême droite s'installe au Bundestag

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Travail détaché : l'UE parvient à un accord

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bientôt la fin du feuilleton des Constructifs"?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : l’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union européenne : la montée des égoïsmes ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union européenne : la montée des égoïsmes ? (partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

A l'ONU, Guterres achève un marathon de 134 entretiens bilatéraux

© AFP/Archives | Antonio Guterres et le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov au Nation-Unies à New York le 21 septembre 2017

NATIONS UNIES (ETATS-UNIS) (AFP) - 

Kiribati, Fiji, Togo et même Corée du Nord... Samedi, le patron de l'ONU, Antonio Guterres, a enchaîné comme chaque jour depuis le début mardi de sa première Assemblée générale les rencontres bilatérales. A un rythme effréné et avec un maître-mot: "Excellence".

Mardi prochain, le Portugais Antonio Guterres, entré en fonctions en janvier, aura accumulé en une semaine 134 réunions bilatérales, à raison d'une vingtaine par jour, d'une durée chacune oscillant entre 15 et 30 minutes.

A ce niveau-là, les secrétaires généraux "ne contrôlent plus leur emploi du temps. Ils sont placés sur un tapis roulant", résume sous couvert d'anonymat un fonctionnaire de l'ONU, habitué de ces rendez-vous annuels qui transforment en fourmilière l'auguste bâtiment bordant l'East River à Manhattan.

Antonio Guterres, vieux routier de l'ONU âgé de 68 ans, "tient le coup", confie un proche. En plus des bilatérales, il doit participer à de multiples réunions ou évènements à thème organisés en marge de l'Assemblée générale.

"Depuis 72 ans, le système est rodé et cette année il n'y pas eu d'incident", ajoute le fonctionnaire de l'ONU, en allusion aux erreurs d'emplois du temps qui ont pu se produire dans le passé, faisant arriver des dirigeants non attendus à un entretien avec le patron de l'ONU.

Ces "speed-dating" se déroulent pour la plupart au 27e étage de l'immeuble principal de l'ONU, dans une salle de réunion aménagée, les autres dans son bureau du 38e étage à la vue imprenable. Le "ballet protocolaire", avec drapeaux et sigles, notamment pour les photos, est bien huilé.

Les interlocuteurs, qui sont souvent à l'origine des demandes de rendez-vous, vont des rois aux secrétaires généraux d'organisations régionales (Ligue arabe, Union africaine...) en passant par toute la gamme des présidents, Premiers ministres et autres chefs de la diplomatie.

Briefé par ses équipes, Antonio Guterres aborde les questions-clés liées au pays reçu et les relations entre celui-ci et l'Organisation des Nations unies, indique son service de communication. Chaque rencontre donne lieu pour les médias à quelques lignes succinctes pour dire que l'évènement s'est tenu.

A ce rythme qui peut être sportif, pas de risque d'appeler un ministre président ou un président monsieur le ministre ? Non, répond le fonctionnaire de l'ONU. "Avec +Excellence+, on ne se trompe jamais".

© 2017 AFP