Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Somalie : au moins 300 morts dans le double attentat à la bombe à Mogadiscio

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang traite Trump de "mégalo", Washington montre ses muscles

© Ri Yong Ho, ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord, devant la tribune de l'ONU le 23 septembre 2017. | Jewel SAMAD / AFP

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/09/2017

"Mégalomane", "dérangé" et "roi menteur" : le ministre nord-coréen des Affaires étrangères n'a pas mâché ses mots envers Donald Trump samedi à l'ONU. Pendant ce temps, des bombardiers américains se sont adonnés à une démonstration de force.

Énièmes échanges cinglants entre la Corée du Nord et les États-Unis. Le chef de la diplomatie nord-coréenne, Ri Yong Ho, a farouchement dénoncé samedi 23 septembre les propos tenus cette semaine par Donald Trump contre son pays, parlant du président américain comme d'une "personne dérangée", "mégalomane" et d'un "roi menteur".

Le chef d'État américain, qualifié aussi de "gangster", représente aujourd'hui "une des plus grandes menaces pour la paix", a ajouté le ministre devant l'Assemblée générale annuelle de l'ONU à New York.

>> À lire sur France 24 : "Séisme en Corée du Nord : l'hypothèse d'un essai nucléaire écartée"

Mardi, Donald Trump avait menacé de "détruire totalement" la Corée du Nord si cette dernière attaquait les États-Unis ou leurs alliés, et la joute verbale n'a pas cessé depuis entre lui et Kim Jong-un. Vendredi, le président américain a qualifié son homologue de "fou", assurant qu'il allait être mis à l'épreuve "comme jamais".

Démonstration de la force militaire américaine

Le chef de la diplomatie de la Corée du Nord a aussi vivement dénoncé les multiples résolutions adoptées par le Conseil de sécurité à l'encontre de son pays et qui lui interdisent ses programmes d'armement nucléaire et balistique et lui imposent des sanctions économiques chaque fois plus sévères. La Charte des Nations unies reconnaît "le droit à l'autodéfense pour chaque État", s'est insurgé Ri Yong-ho.

>> À lire sur France 24 : "La Chine va limiter les exportations de pétrole vers la Corée du Nord"

Cette allocution du ministre nord-coréen est intervenue quelques heures après un vol de bombardiers américains près des côtes nord-coréennes qui visait à envoyer un "message clair" à Pyongyang, selon le Pentagone.

"C'est l'endroit le plus au nord de la zone démilitarisée qu'un avion américain, ou un bombardier a survolé au large des côtes nord-coréennes au XXIe siècle, soulignant à quel point nous prenons au sérieux le comportement dangereux de la Corée du Nord", a expliqué la porte-parole du Pentagone, Dana White, dans un communiqué.

Avec AFP

Première publication : 23/09/2017

  • CORÉE DU NORD

    Trump et l'UE adoptent de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    À l'ONU, Trump promet de "détruire entièrement" la Corée du Nord si elle persiste

    En savoir plus

  • ONU

    Le Conseil de sécurité de l'ONU condamne "fermement" le nouveau tir de missile nord-coréen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)