Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stéphanie Gibaud, lanceuse d'alerte : "Dire la vérité est un acte citoyen"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Glyphosate : l’herbicide de la discorde

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

G5 Sahel : l’ONU prête à s’engager auprès des forces africaines dans la lutte antiterroriste ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Indépendance du Kurdistan : le rêve brisé ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

Facebook renonce à une modification de la structure de son capital

© AFP/Archives | Facebook a renoncé vendredi à créer une nouvelle catégorie d'actions qui auraient permis à son patron-fondateur Mark Zuckerberg de pérenniser son contrôle sur le groupe, après une levée de boucliers de certains actionnaires.

SAN FRANCISCO (AFP) - 

Facebook a renoncé vendredi à créer une nouvelle catégorie d'actions qui auraient permis à son patron-fondateur Mark Zuckerberg de pérenniser son contrôle sur le groupe, après une levée de boucliers de certains actionnaires.

L'an dernier, Facebook avait annoncé son intention de changer la structure de son capital pour lui permettre de "prolonger la durée pendant laquelle M. Zuckerberg maintient son contrôle de la majorité des droits de vote".

Mark Zuckerberg contrôle la ligne stratégique de Facebook grâce à une structure reposant sur deux types de titres: les actions de classe A, celles qui sont cotées en Bourse, et les actions de classe B, non cotées et à droits de votes préférentiels, dont il détient plus de la majorité.

Le groupe avait toutefois prévu de créer une troisième catégorie d'actions non assorties de droits de vote ("classe C"). Elles aurait été distribuées à ses actionnaires existants sous forme de dividende exceptionnel (à hauteur de deux nouveaux titres pour un détenu) et cotées en Bourse, ce qui serait revenu à diviser par trois la valeur à laquelle s'échangent les actions.

Selon le PDG du groupe, cela lui aurait aussi permis de financer ses projets philanthropiques tout en conservant une structure de droits de vote qui selon lui avait été bénéfique au groupe par le passé.

Mais vendredi, Mark Zuckerberg a indiqué que ce changement n'était plus nécessaire.

"Depuis un an et demi, Facebook a réalisé de bonnes performances et la valeur de nos titres a crû à tel point que je peux totalement financer nos actions philanthropiques tout en gardant le contrôle des droits de vote pour encore au moins 20 ans", a indiqué l'intéressé sur sa page Facebook.

M. Zuckerberg et son épouse Priscilla Chan ont toujours l'intention de donner 99% de leurs actions Facebook à leur fondation au cours de leur vie et accélèrent même le processus, a précisé le dirigeant.

Il devrait vendre 35 à 75 millions d'actions dans les 18 mois qui viennent pour financer des projets, notamment dans l'éducation ou la science au travers de la fondation Chan Zuckerberg.

Le patron de Facebook a donc demandé au conseil d'administration de retirer le projet de création des nouvelles actions, ce qui a été accepté, a-t-il précisé.

Une action en nom collectif avait été engagée en justice contre ce projet et il était probable que Mark Zuckerberg soit appelé à témoigner.

Selon le magazine Forbes, la fortune de Mark Zuckerberg est estimée à 70 milliards de dollars.

La capitalisation boursière du groupe atteint actuellement quelques 500 milliards de dollars.

© 2017 AFP