Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

G5 Sahel : le don de 100 millions de dollars de Riyad

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Trump souhaite toujours une solution à deux États", selon Riyad

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elections sénatoriales américaines : "Thank You Alabama" inonde twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Morales : "Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris, un signe de mépris"

En savoir plus

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

Mort du chanteur de soul américain Charles Bradley

© GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives | Charles Bradley à New York, le 1er juin 2017

NEW YORK (AFP) - 

Le chanteur de soul américain Charles Bradley, qui a connu le succès sur le tard, est mort samedi à 68 ans d'un cancer, a annoncé son agent.

Né en Floride, dans le sud-est des Etats-Unis, Charles Bradley grandit à New York où il découvre le "parrain" de la soul James Brown au légendaire Apollo Theater de Harlem.

Il se lance alors dans une carrière de chanteur de reprises de son idole, allant jusqu'à copier sa garde-robe et à imiter le style de James Brown sur scène.

Mais, malgré sa voix puissante qui rappelle celle d'Otis Redding, Charles Bradley a du mal à joindre les deux bouts.

Et c'est son premier album, sorti en 2011, qui lui vaut un début de notoriété, à plus de 60 ans.

Son dernier album, "Changes", publié l'an dernier, lui a enfin permis de toucher un plus large public et a figuré sur la liste des "meilleurs albums de l'année 2016" de nombreux magazines spécialisés.

© 2017 AFP