Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

EUROPE

Allemagne : les retraités, grands oubliés des années Merkel

© Capture France 24 | Comme Heidi, 69 ans, plus de 900 000 retraités allemands sont obligés de travailler pour compléter leur pension.

Vidéo par Anne MAILLIET , Denis PARCHOW

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/09/2017

Jour d'élections en Allemagne. Angela Merkel devrait être reconduite à la chancellerie, malgré le mécontentement des laissés pour compte du pays et notamment les retraités. Obligés pour certains de travailler pour compléter leur pension. Reportage.

"Je travaille pour le plaisir", ironise Heidi, 69 ans, qui se lève tous les jours à 2 heures du matin pour travailler dans une boulangerie de Berlin. Avec sa pension de 980 euros pour un loyer de 570 euros, elle n'avait pas le choix.

En Allemagne, la retraite moyenne s'élève à 1 100 euros par mois, mais c'est souvent beaucoup moins. Comme Heidi, 11 % des retraités allemands âgés de 65 à 74 ans sont obligés de travailler pour joindre les deux bouts. Un chiffre qui a doublé en dix ans, selon les dernières données de l'Institut fédéral de la statistique (Destatis).

Depuis la réforme engagée par le gouvernement SPD dans les années 2000 pour faire face au déclin démographique du pays, les règles de calcul des retraites ont changé. Au bout de quarante-cinq ans de cotisations, les seniors perçoivent moins de 50 % de leur ancien salaire.

Avec l'augmentation du coût de la vie et des loyers dans les grandes villes, les seniors sont de plus en plus nombreux à solliciter l'aide d'associations. Ils se considèrent comme les grands perdants du succès économique allemand.

"Angela Merkel a dit qu'il n'y aurait plus de changements dans le système des retraites jusqu'à 2030, voire jusqu'à 2040. Or, si rien ne change d'ici là, ce sont entre 8 et 12 millions de retraités qui seront touchés par cette précarité", estime Jürgen Dahl, de l’association Reiches Deutschland, Arme Rentner.

Heidi, elle, espère tenir le coup encore un an pour mettre de l'argent de côté et profiter enfin d'une retraite.

Première publication : 24/09/2017

  • REPORTAGE

    Vidéo : En Allemagne de l'est, les populistes de l'AfD occupent le terrain en vue des législatives

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    À Cologne, la "petite Istanbul" allemande vit au rythme des élections

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Élections en Allemagne : un scrutin pour désigner le troisième

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)