Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de trouver une solution diplomatique

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stéphanie Gibaud, lanceuse d'alerte : "Dire la vérité est un acte citoyen"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Glyphosate : l’herbicide de la discorde

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

G5 Sahel : l’ONU prête à s’engager auprès des forces africaines dans la lutte antiterroriste ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Référendum kurde : Bagdad, Ankara et Téhéran accentuent la pression

© Safin Hamed, AFP | Des employés de la Commission électorale du référendum kurde accrochent des bannières aux abords des bureaux de vote à Erbil le 24 septembre 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/09/2017

Vols annulés, exercices militaires, déclarations cinglantes : l’Irak, l’Iran et la Turquie continuent de mettre en garde le Kurdistan, qui organise lundi son référendum d’autodétermination.

La pression est à son comble alors que les bureaux de vote pour le référendum d’autodétermination du Kurdistan irakien viennent d'ouvrir, à 8 heures locales. Quelque 5,5 millions de Kurdes sont appelés à vote, lundi 25 septembre, dans les trois gouvernorats qui forment depuis 2003 la région autonome du Kurdistan, mais aussi dans les territoires que se disputent les Kurdes et les autorités de Bagdad, comme la riche province pétrolière de Kirkouk. Les bureaux de vote resteront ouverts jusqu'à 18 h (15 h GMT) pour permettre aux 5 375 000 inscrits de se prononcer.

Bagdad, farouchement opposé au scrutin, a mis en place ces derniers jours une série de sanctions pour tenter de garder le contrôle de la situation, avec l'Iran et la Turquie comme alliés. Les deux puissances voisines redoutent les répercussions qu'aurait une sécession du Kurdistan irakien sur leurs propres régions kurdes.

Dernière mesure en date : le gouvernement irakien a appelé dimanche 24 septembre tous les pays du monde à ne traiter qu'avec lui pour les transactions pétrolières. Le Kurdistan produit en moyenne 600 000 barils de pétrole par jour dont 550 000 sont exportés via Ceyhan en Turquie.

Plus tôt dimanche, l’annulation de toutes les liaisons aériennes entre le Kurdistan et l’Iran a aussi été annoncée. "À la demande du gouvernement central irakien, tous les vols iraniens vers les aéroports d'Erbil et de Souleymanieh ainsi que tous les vols au départ du Kurdistan irakien transitant par l'Iran ont été interrompus", a déclaré Keyvan Khosravi, porte-parole du Conseil suprême de la sécurité nationale, cité par l'agence officielle iranienne Irna.

>> À lire sur France 24 : "La Cour suprême irakienne ordonne la suspension du référendum d'indépendance au Kurdistan"

Keyvan Khosravi a également justifié cette décision par le fait que les responsables kurdes irakiens ont maintenu leur projet de référendum malgré "tous les efforts bienveillants" de l'Iran pour trouver une autre issue. Le pays compte environ 6 millions de Kurdes sur une population de 80 millions.

La télévision d'État iranienne a annoncé d'autre part dimanche que des manœuvres militaires avaient commencé dans la région d'Oshnaviyeh (nord-ouest), près de la frontière avec la province autonome kurde d'Irak. Les exercices militaires sont fréquents dans cette zone.

"Des troupes supplémentaire" en Turquie

Samedi, c’est le Parlement turc qui a réaffirmé sa position en votant – avec un peu d’avance sur le calendrier – le renouvellement du mandat qui permet à l'armée d'intervenir en Irak et en Syrie. Le texte approuvé par le Parlement liste une série de développements régionaux considérés par Ankara comme une menace pour sa sécurité nationale, parmi lesquels des "projets séparatistes illégitimes" en Irak, une référence au référendum des Kurdes d'Irak.

>> À voir sur France 24 : "24 heures à Erbil - Les rêves d'indépendance de la capitale du Kurdistan irakien"

Confrontée à une sanglante rébellion séparatiste kurde sur son territoire, la Turquie, où vivent environ 15 millions de Kurdes, a multiplié les avertissements ces derniers jours, et l'armée turque, qui mène jusqu'à mardi des manœuvres à la frontière avec l'Irak, a annoncé samedi dans un communiqué que cet exercice se poursuivait "avec des troupes supplémentaires".

Ankara a développé ces dernières années les relations économiques avec la région kurde du nord de l'Irak et est aujourd'hui la seule porte permettant à Erbil d'exporter son pétrole via un oléoduc débouchant dans le port turc de Ceyhan.

Une délégation kurde pour "discuter" avec Bagdad

Les États-Unis ont également exhorté le gouvernement régional du Kurdistan à annuler le vote, tandis que le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une déclaration mettant en garde contre son effet "potentiellement déstabilisateur" pour l'Irak.

>> À lire sur France 24 : "L'ONU propose un accord entre Bagdad et Erbil d'ici à trois ans plutôt que le référendum"

De leur côté, les autorités autonomes du Kurdistan irakien ont envoyé samedi une délégation à Bagdad afin de "discuter du référendum", mais celui-ci "aura bien lieu", a martelé Hoshiyar Zebari, l'un des principaux conseillers de Massoud Barzani, le président du Kurdistan autonome.

Massoud Barzani : "Ne pas répéter les tragédies du passé"

Avec AFP et Reuters

>> À lire sur France 24 : "Les Kurdes, un peuple sans État en quête de reconnaissance"

 

Première publication : 24/09/2017

  • REPORTAGE

    Vidéo : À Erbil, le référendum sur l'indépendance divise

    En savoir plus

  • IRAK

    Kurdistan : le président Barzani insiste sur le maintien du référendum d'indépendance

    En savoir plus

  • IRAK

    Vidéo : à Kirkouk, le référendum d'indépendance kurde ne fait pas l'unanimité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)