Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Somalie : au moins 300 morts dans le double attentat à la bombe à Mogadiscio

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

Pour Lemaire, "la colère perpétuelle de Mélenchon ne fait pas un projet"

© AFP/Archives | Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, le 14 septembre 2017 à Paris, estime que "la colère perpétuelle de Mélenchon ne fait pas un projet"

PARIS (AFP) - 

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire estime que "la colère perpétuelle de Mélenchon ne fait pas un projet", au lendemain de la manifestation à Paris de la France insoumise et de son chef de file, dans un entretien au Journal du Dimanche.

"A tous ceux qui attisent les colères, j'ai une question à poser +que proposez-vous d'autre ?+", lance Bruno Le Maire avant d'asséner: "le projet de colère perpétuelle de Jean-Luc Mélenchon ne fait pas un projet pour la France" et "le texte de la réforme du droit du travail ne changera pas".

Le ministre reconnaît qu'"en démocratie il est naturel que chacun s'exprime" mais explique-t-il "la mission (...) confiée au gouvernement c'est d'appliquer le programme choisi par le peuple français (...) d'aller au bout des transformations en profondeur qui sont nécessaires pour notre pays".

"Les Français se sont exprimés lors des élections présidentielles et législatives. Nous sommes là pour respecter leur mandat".

"Toute transformation suscite des craintes. Pour les surmonter, il faut aller vite pour apporter aux Français les résultats positifs de cette politique", ajoute-t-il.

Et le ministre de l'Economie et des Finances de préciser son rôle qui "est de pousser le plus loin possible la transformation économique de la France sous l'autorité du Premier ministre. Parce qu'il y a urgence. Les indicateurs sont favorables pour la première fois depuis longtemps".

Bruno Le Maire s'en prend ensuite à "cette droite qui critique la politique que nous menons" et lance "pourquoi ne pas nous rejoindre ?"

"Les chefs de la droite n'ont pas conscience du moment historique où nous sommes. Ils devraient nous soutenir au lieu de faire le jeu des extrêmes. Je leur dit: soyez à nos côtés, mettez-vous à la hauteur des Français!"

"Ma culture est de droite, mais je suis aux côtés d'Emmanuel Macron parce qu'avec lui nous allons moderniser notre économie, accélérer l'intégration européenne, innover, investir", conclut Bruno Le Maire.

Devant des dizaines de milliers de partisans réunis samedi place de la République à Paris, Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France insoumise, a appelé à poursuivre la mobilisation contre les ordonnances réformant le Code du travail.

© 2017 AFP