Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

Sénatoriales: "il n'y aura pas de vague" comme aux législatives (Ayrault)

© AFP/Archives | L'ancien Premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault, ici le 26 avril 2017 à Paris, prédit un "rééquilibrage" des forces au Sénat.

PARIS (AFP) - 

L'ancien Premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault a estimé dimanche que "ce qui est sûr, c'est qu'il n'y aura pas de vague" pour les sénatoriales, comme pour les législatives, mais "sans doute un rééquilibrage" comparé au rapport de forces à l'Assemblée.

"L'élection sénatoriale, cette année, revêt un caractère particulier, car c'est juste après l'élection présidentielle. Mais ce qui est sûr, c'est qu'il n'y aura pas de vague, qui se produit après chaque présidentielle comme aux législatives un mois après", a-t-il déclaré à Public Sénat.

Mais, a observé M. Ayrault, "il y aura sans doute un rééquilibrage -là, il s'agit des grands électeurs- par rapport aux équilibres à l'Assemblée nationale", où le groupe LREM, allié au MoDem de François Bayrou, dispose d'une très large majorité.

Pour cet ancien chef du gouvernement et ancien député de Loire-Atlantique, "c'est important d'avoir des parlementaires qui vous représentent bien" pour la "sensibilité politique et les territoires". Les grands électeurs, "pour la plupart élus locaux", vont "exprimer certainement une inquiétude sur l'avenir des collectivités locales, les finances", a-t-il noté.

Et, a-t-il souligné, "selon ce qui sortira de ce vote au Sénat, cela sera un éclairage pour la réforme constitutionnelle".

© 2017 AFP