Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La pollution aux PCB, l'autre scandale qui vise Monsanto

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Square" : Palme d'or cynique sur notre société occidentale

En savoir plus

FACE À FACE

Interview d'Emmanuel Macron : François Hollande "ne passera rien" au président

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le parti communiste chinois, ce n'est pas ce que vous croyez"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : Xi Jinping veut "ouvrir davantage" l'économie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Premiers de corvée"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Non, l'attentat de Mogadiscio n'a pas été oublié par les médias

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : au moins trois morts dans de nouveaux heurts à Sokodé

En savoir plus

LE DÉBAT

Syrie : après la libération de Raqqa, la fin du groupe État islamique ?

En savoir plus

Sénatoriales/Larcher (LR) promet "une majorité exigeante et positive"

© AFP | Le président du Sénat, Gérard Larcher, le 24 septembre 2017 au Palais du Luxembourg, à Paris

PARIS (AFP) - 

Gérard Larcher, réélu dans les Yvelines et candidat à sa succession à la présidence du Sénat, a promis dimanche une majorité "exigeante et positive" au Palais du Luxembourg et demandé "confiance et respect" à Emmanuel Macron envers les élus locaux, ce qui a "manqué ces derniers temps".

"Les grands électeurs ont conforté la majorité sénatoriale" de droite et du centre, a-t-il déclaré lors d'une brève allocution devant la presse, jugeant qu'"ils ont clairement affiché leur volonté de voir exister un contre-pouvoir parlementaire, indispensable à mes yeux au fonctionnement équilibré de la démocratie".

"La majorité sénatoriale est diverse mais elle est exigeante et positive", et les élus locaux "ont besoin d'une relation confiance et de respect avec l'exécutif", qui a "parfois manqué ces derniers temps", a-t-il observé.

De son côté, Bruno Retailleau, qui sera candidat à un nouveau mandat à la tête du groupe LR du Sénat, a salué dimanche soir "une victoire pour la droite et le centre", voyant dans les "mauvais résultats d?En marche" la preuve que "la lune de miel entre les Français et Emmanuel Macron est terminée".

"Les grands électeurs, qui ont été très largement rajeunis en 2014 lors des élections municipales, sont mieux que quiconque le reflet de ce que pense le pays", a-t-il jugé sur son site.

Outre que "le président et le gouvernement doivent en tenir compte", M. Retailleau a assuré que "pour le groupe Les Républicains, il n?y aura ni complaisance, ni obstruction" mais comme "le seul intérêt général" comme "guide".

© 2017 AFP