Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

Zone euro: les Libéraux allemands opposés au projet de budget de Macron

© AFP | Le président du Parti Libéral-Démocratique (FDP), Christian Lindner, le 17 septembre 2017 à Berlin

BERLIN (AFP) - 

Les Libéraux allemands, probables partenaires d'Angela Merkel dans le futur gouvernement suite aux élections, ont prévenu dimanche qu'ils s'opposeraient au projet de budget de la zone euro du président français Emmanuel Macron.

"Nous ne voulons pas de nouveaux budgets pour des transferts financiers en Europe", a déclaré leur président Christian Lindner à la télévision publique.

"Un budget de la zone euro - M. Macron parle de plusieurs points de PIB et cela représenterait plus de 60 milliards d'euros pour l'Allemagne - où l'argent atterrirait en France pour les dépenses publiques ou en Italie pour réparer les erreurs de (Silvio) Berlusconi, serait impensable pour nous et représenterait une ligne rouge", a-t-il ajouté.

Les Libéraux du FDP ont enregistré un succès dimanche en obtenant plus de 10% des suffrages lors des élections législatives, après n'avoir obtenu aucun siège lors du précédent scrutin.

Et les conservateurs d'Angela Merkel, qui ont remporté les élections, vont devoir s'appuyer sur eux pour espérer former une coalition majoritaire. Les sociaux-démocrates, partenaires au gouvernement jusqu'ici, ont en effet annoncé rejoindre l'opposition.

Or, les Libéraux ont mené une campagne aux accents eurosceptiques et entendent poser leurs conditions dans un futur gouvernement.

La chancelière, qui, bien qu'en route pour un quatrième mandat, ressort affaiblie du scrutin après avoir enregistré le plus mauvais score pour son parti depuis 1949, est restée sur la réserve dimanche soir concernant les projets de réforme en Europe.

"Nous avons besoin d'une bonne Europe, d'une Europe forte pour les emplois, la compétitivité et la sécurité, une Europe qui convainc les citoyens", a-t-elle dit à la télévision publique.

"Nous soutiendrons tout ce qui soutient cet objectif et nous discuterons, de manière controversée si nécessaire, de tout ce qui ne le sert pas", a-t-elle prévenu.

Le chef de l'Etat français doit en principe présenter le détail de ses propositions sur la relance de l'Europe et de la zone euro mercredi. Il s'est prononcé dans le passé pour la création d'un budget de la zone euro, aidant à financer des investissements d'infrastructure, et pour un ministre des Finances de l'Union monétaire.

Sur ce dernier point, les Libéraux allemands ont dit dimanche qu'ils y seraient favorables si le poste doit servir à mieux faire respecter les règles sur les déficits publics mais pas si elle vise à les assouplir.

© 2017 AFP