Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Chilla, un nouveau visage du hip-hop féminin français

En savoir plus

FOCUS

Sénatoriale dans l’Alabama : une élection qui divise sur fond de pédophilie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Super Poutine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'OMC sous la pression des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Laurent Wauquiez, adroit ou à droite?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RD Congo : 14 Casques bleus tués dans le Nord-Kivu

En savoir plus

Bygmalion: sursis et inéligibilité requises contre Plagnol

© AFP/Archives | L'ex-maire de Saint-Maur-des-Fossés Henri Plagnol lors d'un scrutin à Saint-Maur-des-Fossés, le 9 décembre 2012

CRÉTEIL (AFP) - 

Le parquet de Créteil (Val-de-Marne) a requis lundi un an d'emprisonnement avec sursis et trois ans d'inéligibilité à l'encontre d'Henri Plagnol, l'ex-maire de Saint-Maur-des-Fossés, soupçonné d'avoir cautionné un système de fausses factures émanant d'une filiale de Bygmalion.

L'ancien édile divers droite (2008-2014), ex-secrétaire d'État, était poursuivi pour complicité de détournement de fonds publics et d'usage de faux. Des délits reprochés à trois de ses collaboratrices, contre lesquelles le parquet a réclamé de cinq mois et un an d'emprisonnement avec sursis.

En cause, un marché de communication passé entre la ville de Saint-Maur et l'agence Idéepôle, filiale de Bygmalion, qui a engendré l'édition d'une soixantaine de factures entre 2009 et 2013.

Parmi elles, six étaient litigieuses, pour presque 280.000 euros de dépenses douteuses. Les documents, que certains fonctionnaires refusaient de signer, concernaient des guides municipaux, facturés avec des surplus pour "frais d'urgence" ou de "conseil post-création" difficilement justifiables.

Le procès a reposé les questions de la polémique lancée en 2013 par l'actuel maire Les Républicains de Saint-Maur, Sylvain Berrios, alors conseiller municipal. Cet argent a-t-il servi à financer la campagne législative d'Henri Plagnol en 2012?

"Il n'y a pas eu d'enrichissement personnel", a jugé le parquet dans ses réquisitions. Mais "les actes commis ont conduit la mairie de Saint-Maur à payer des choses indues à la société Idéepôle", et le maire a "ignoré les alertes" de certains employés municipaux, a estimé la vice-procureure.

"Je n'ai jamais été associé de près ou de loin à la facturation d'Idéepole", s'est défendu M. Plagnol.

Il a crié au complot politique, fomenté selon lui par son adjoint frondeur de l'époque, M. Berrios. Ce dernier, copéiste au sein de l'ex-UMP, vient à l'époque de lui ravir son siège de député, et il prendra un an plus tard la mairie.

"Vous pensez vraiment que je vais remettre ma communication personnelle à cette société où gravitent des proches de Jean-François Copé ?", a lancé M. Plagnol, en rappelant ses convictions "centristes" et son "désaccord profond et public avec la ligne Sarkozy-Copé" à l'UMP à l'époque.

Les sommes en jeu représentent "moins d'une demi-journée de la dépense publique de Saint-Maur" selon lui, et son rôle de maire "n'était pas d'éplucher les factures".

Il a par ailleurs rappelé avoir passé son mandat de maire à "assainir les finances" d'une ville "gorgée d'emprunts toxiques", avec un endettement par habitant parmi les plus élevés de France.

Le parquet a également requis 15 mois d'emprisonnement, dont neuf avec sursis, contre Bastien Millot, le fondateur de Bygmalion, poursuivi pour recel de détournement de fonds. Et réclamé dix mois avec sursis contre un employé d'Idéepôle.

La société Bygmalion est également impliquée dans l'affaire des comptes de campagne de l'ancien président Nicolas Sarkozy.

© 2017 AFP