Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Émoticône hijab : la victoire de Rayouf Alhumedhi, lycéenne saoudienne

En savoir plus

FRANCE

France : le gouvernement dévoile un plan d'investissement de 57 milliards d'euros

© Christophe Simon, AFP | Le Premier ministre Édouard Philippe et l'économiqste Jean Pisani-Ferry, le 25 septembre, à Matignon.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/09/2017

Le Premier ministre Édouard Philippe a présenté un plan d'investissement de 57 milliards d'euros destiné notamment à lutter contre le chômage et à accélérer la transition énergétique. Ce plan n'aura pas d'effet sur le déficit public, a-t-il assuré.

Transition écologique, formation professionnelle et numérique… Le gouvernement a présenté, lundi 25 septembre, les grandes lignes du "plan d'investissement" promis par Emmanuel Macron, qui bénéficiera de 45 milliards d'euros de nouveaux crédits sur un total de 57 milliards d'euros d'ici 2022.

Élaboré par l'économiste Jean Pisani-Ferry, l'homme-orchestre du programme présidentiel d'Emmanuel Macron, ce plan quinquennal doit permettre d'"amplifier l'effet [des] réformes économiques, fiscales, et sociales" du gouvernement, a souligné le Premier ministre, Édouard Philippe, lors d'une présentation à la presse de ce rapport.

>> À lire : Défaite de LREM au Sénat : quelles conséquences pour la politique de Macron ?

"Il s'agit de donner de la puissance et de la visibilité à nos grandes priorités d'investissement", a-t-il déclaré. La plupart des mesures qui seront couvertes par ce plan de 57 milliards d'euros ne sont pas nouvelles et ont été annoncées par le gouvernement ces dernières semaines.

20 milliards pour la transition écologique

Première priorité du gouvernement : la transition écologique, à laquelle 20 milliards d'euros seront dévolus. Dans le détail, 7 milliards serviront à "développer les énergies renouvelables" et 9 milliards d'euros devront permettre d'"amplifier l'effort de rénovation thermique des bâtiments", notamment en divisant par deux le nombre de "passoires thermiques".

En matière de rénovation, "nous introduirons une nouvelle prime pour les ménages et une enveloppe de 3 milliards de prêts de la Caisse des dépôts et consignations dans les organismes de logement social sera garantie", a-t-il indiqué.

Autre priorité, 15 milliards d'euros seront destinés à "édifier une société de compétences", en formant et accompagnant vers l'emploi "un million de chômeurs faiblement qualifiés et un million de jeunes décrocheurs", a affirmé Édouard Philippe. Selon Jean Pisani-Ferry, ce volet formation doit faire baisser le chômage structurel d'un point sur le quinquennat, "un objectif ambitieux". "On réinsère dans l'emploi 300 000 personnes", a-t-il détaillé, tout en disant "espérer plus".

>> À lire : Macron a signé les ordonnances réformant le droit du travail

Le plan prévoit aussi d'octroyer 13 milliards d'euros à "l'innovation et la compétitivité", dont 5 milliards à l'agriculture pour "accélérer l'adaptation des outils et le changement des pratiques", "mieux intégrer la réponse aux défis climatique", ou encore "renforcer la compétitivité des différentes filières".

Par ailleurs, 9 milliards d'euros iront à la transformation numérique de l'action publique, notamment "pour économiser dans le fonctionnement de la machine de l'État".

"Pas d'effet sur le déficit public", selon Philippe

Grande inconnue jusque-là, le financement de ce plan a été précisé par le chef du gouvernement : il le sera grâce à "la mobilisation des budgets des ministères qui vont accorder plus de priorités à ces dépenses d'investissement, grâce au financement du troisième programme pour les investissements d'avenir (PIA3) et grâce à la mobilisation exceptionnelle de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et de la Banque européenne d'investissement (BEI)".

Plus précisément, 12 milliards d'euros seront constitués de crédits déjà existants, qui seront activés ou réorientés, tandis que 45 milliards d'euros représenteront de nouveaux financements. Sur ces 45 milliards d'euros, 24 milliards pèseront sur le budget de l'État, tandis que 11 milliards seront puisés de la CDC et de la BEI, ce qui n'aura "pas d'effet sur le déficit public".

"Les premières actions seront financées dès le budget 2018 [...] c'est-à-dire dès le 1er janvier", a indiqué Édouard Philippe. Selon l'entourage du Premier ministre, 7 à 8 milliards d'investissement sont prévus pour l'an prochain, dont environ "cinq milliards en crédits budgétaires" inscrits en loi de finances.

Avec AFP

Première publication : 25/09/2017

  • FRANCE

    Défaite de LREM au Sénat : quelles conséquences pour la politique de Macron ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Macron a signé les ordonnances réformant le droit du travail

    En savoir plus

  • FRANCE

    Session de "team building" pour les députés LREM

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)