Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Baisse des APL, hausse de la CSG, suppression de l’ISF : Macron persiste et signe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le président parle dans le téléviseur"

En savoir plus

La justice déboute le PDG de Lactalis contre France Télévisions

© AFP/Archives | Usine Lactel, l'une des marques de Lactalis, à Changé, près de Laval (Mayenne), le 22 août 2016

LAVAL (AFP) - 

Le tribunal de Laval a débouté lundi le président de Lactalis, Emmanuel Besnier, qui poursuivait France Télévisions pour atteinte à la vie privée après la diffusion d'un reportage d'"Envoyé Spécial" consacré au géant laitier.

Le 13 octobre 2016, dans son émission "Envoyé Spécial", France 2 avait diffusé un reportage intitulé "Sérieusement? Lactalis: le beurre et l'argent du beurre?", mettant en cause le groupe laitier et son PDG.

Emmanuel Besnier reprochait aux journalistes d'avoir porté atteinte à sa vie privée en montrant des images de sa résidence, le château du Vallon à Entrammes (Mayenne), notamment grâce à un survol en ULM. Il réclamait à France Télévisions 50.000 euros de dommages et intérêts et 10.000 euros de frais de justice.

Déjà débouté en janvier, dans le cadre d'une procédure en référé, M. Besnier a subi lundi un nouveau revers judiciaire, cette fois dans le cadre d'un jugement au fond.

"En sa qualité de dirigeant du groupe Lactalis, leader mondial des produits laitiers, monsieur Besnier est un personnage public de sorte que le respect dû à sa vie privée n'est pas atteint par la publication de renseignements d'ordre purement patrimonial", a rappelé le tribunal de Laval dans son jugement, dont l'AFP a obtenu copie.

La juridiction note notamment que "le nom et la localisation" de la propriété de M. Besnier étaient déjà connus du public, via de multiples articles de presse.

"France Télévisions n'a fait que reprendre ce qui est de notoriété publique et mettre des images sur des éléments connus du patrimoine de M. Besnier (...) et que chacun peut visionner sur Google Maps", estime le tribunal.

Tout en jugeant "critiquable" la méthode utilisée par les journalistes pour interroger la cuisinière de M. Besnier, le tribunal estime que les informations ainsi obtenues sont "anodines" et donc pas de nature à constituer une atteinte à la vie privée.

"On apprend juste que M. Besnier consomme des produits Lactalis et qu'il rémunère la cuisinière sur la base du régime du smic", pointe la juridiction mayennaise, qui condamne Emmanuel Besnier à payer 2.500 euros de frais de justice à France Télévisions.

Contactée, la société Lactalis n'a pas souhaité faire de commentaire.

© 2017 AFP