Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

Mode à Milan: un défilé punk en plein air pour conclure

© AFP | Défilé Ssheena, le 25 septembre 2017 à Milan

MILAN (AFP) - 

Pour clore la Fashion Week de Milan, les mannequins ont arpenté lundi le parvis du célèbre Duomo de la capitale lombarde, pour un défilé aux accents punk sous les objectifs de touristes étonnés.

Le show de la jeune marque Ssheena, qui tire son nom d'une chanson du groupe de rock The Ramones, a commencé de manière classique devant des bloggers, des acheteurs et des fans invités à l'intérieur d'un "palazzo" historique.

Mais les mannequins sont ensuite sortis sur le parvis, où ils ont vite été assiégés par les touristes et les curieux qui ont multiplié les photos.

"C'est incroyable ! Je n'avais jamais vu un défilé de mode dans la rue", a déclaré Marisa Gonzales, touriste mexicaine de 25 ans. "On peut prendre des photos avec eux, c'est génial".

Ssheena, qui faisait ses débuts au calendrier milanais, a présenté un vestiaire allant du look pyjama en soie à des jupes et des costumes noirs plus serrés.

"Le punk est pour moi comme une âme, pas seulement de la musique", a déclaré à l'AFP la responsable de la création de Ssheena, Sabrina Mandelli. "J'espère que cela se voit dans toutes les tenues".

Les passants ont ainsi pu admirer une veste croisée sur un short, une robe ornée de glands argentés, une série de jambes de pantalon noires s'arrêtant à mi-cuisse... Et une déclinaison de motifs autour du cercle.

Pour Mme Mandelli, il s'agit d'un clin d'oeil à un club lesbien parisien des années 1930, qui s'appelait "Le Monocle".

"Et l'idée pour moi maintenant c'est que mes filles aillent s'exprimer sur le parvis de la cathédrale", a-t-elle ajouté en riant.

Le défilé Ssheena était le dernier inscrit au calendrier officiel de la Fashion Week dont le cortège de stars, de fashionistas et d'acheteurs a rendez-vous dès mardi à Paris.

La semaine a vu s'affirmer les grandes maisons italiennes comme Gucci, Prada et Fendi, mais aussi des nouveaux venus comme Luke et Lucie Meier, les nouveaux créateurs de la marque minimaliste Jil Sander.

Elle aura été marquée par Donatella Versace et sa collection inspirée par son frère Gianni, assassiné il y a 20 ans, avec les retrouvailles surprises de top models aujourd'hui quadra ou quinqua comme Cindy Crawford, Naomi Campbell ou Claudia Schiffer -- ayant beaucoup travaillé avec le créateur.

© 2017 AFP