Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

La mode robotique ou comment "porter" les battements de son coeur

© AFP/Archives / Par Joshua Melvin and Charlene Pele | Fergie, chanteuse des Black Eyed Peas, en concert au Super Bowl le 6 février 2011 à Arlington, Texas

MILAN (AFP) - 

Dis-moi ce que tu portes et je te dirai qui tu es: pour la styliste néerlandaise Anouk Wipprecht rien ne saurait être plus vrai, et pour elle, la technologie peut aider la mode à y parvenir.

Ses créations, qui associent technologie digitale et haute couture, s'amusent des conventions sociales et imposent des réponses froides et directes à nos émotions les plus vives, a-t-elle expliqué à l'AFP en marge de la semaine de la mode femmes printemps-été à Milan.

La jeune créatrice de 32 ans a déjà séduit avec ses créations l'ancienne star du groupe Black Eyed Peas, Fergie, lors d'un spectacle pour le Super Bowl, clou du championnat de football américain aux Etats-Unis. Elle a aussi créé des tenues, imprimées en 3-D pour les comédiens du Cirque du soleil.

Mais sa création la plus déroutante est un petit objet, élaboré avec le fabriquant de cristal Swarovski, qui s'illumine au rythme de vos battements de coeur.

Cela paraît simple et presque poétique, mais c'est aussi incroyablement révélateur de qui vous êtes.

Imaginez seulement porter ce petit cristal alors que vous rencontrez l'élu de votre coeur, ou lors d'un entretien d'embauche, et vous aurez une idée de ce que vous pouvez révéler aux autres.

"C'est un peu la même chose que lorsque vous avez la chair de poule ou lorsque vous rougissez, vous ne pouvez pas le contrôler. Donc, au sens littéral, vous êtes capables de diffuser vos émotions", explique-t-elle.

- Le coeur sur la manche -

"Si vous portez vos battements de coeur sur votre manche, c'est sans artifice. Et cela vous met aussi dans des situations très étranges qui sont pour moi extrêmement intéressantes", ajoute-t-elle dans cet entretien.

Cette fascination qu'a la créatrice pour l'interaction entre comportement humain et "mode digitale" l'a déjà conduit à mener d'autres expériences du même genre.

L'une des plus étonnantes porte, de façon appropriée, le nom de "Spider Dress", la robe-araignée. Cette robe imprimée en 3-D est surmontée d'un collier agrémenté de pattes d'araignée, "vivantes" selon votre environnement.

Ces pattes se déplient, ou "attaquent" comme l'explique Anouk Wipprecht, lorsque quelqu'un s'approche un peu trop près de vous. Mais les réactions sont loin d'être les mêmes selon l'endroit du monde où vous portez ce collier.

"Les gens aux Pays-Bas sont très rapides et plutôt proches de vous, alors qu'aux Etats-Unis on reste plutôt sur son quant-à-soi", a-t-elle ainsi expliqué. "J'ai parfois besoin de pousser les gens à se rapprocher parce qu'ils ont cette notion de distance et de respect", assure-t-elle.

Le parcours de cette jeune créatrice, qui vit entre New York et la Silicon Valley en Californie, a démarré très tôt. A l'âge de 14 ans, elle tombe amoureuse de la mode parce qu'elle permet de "s'exprimer et de communiquer" et très vite elle se lance dans des études de design. La robotique est venue plus tard.

Elle est persuadée qu'un jour sa collection de prêt-à-porter trouvera son chemin sur les podiums de la mode, mais pour le moment elle cherche surtout à casser des barrières.

"Les choses que je réalise en ce moment sont là pour provoquer, pour expérimenter", explique-t-elle. "Après tout, s'il s'agissait seulement de faire des robes qui s'allument toutes seules ou qui changent de couleur, ça serait super ... ennuyeux", reconnaît-elle.

Par Joshua Melvin and Charlene Pele

© 2017 AFP