Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

Economie

Les deux géants Alstom et Siemens officialisent la fusion de leurs activités ferroviaires

© Jean-Sébastien Evrard, AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/09/2017

Les deux groupes industriels français et allemand ont annoncé, mardi dans un communiqué, la fusion de leurs activités ferroviaires, à l'issue du conseil d'administration d'Alstom et du conseil de surveillance de Siemens.

Les constructeurs français Alstom et allemand Siemens ont annoncé, mardi dans un communiqué commun, la fusion de leurs activités ferroviaires, après la "signature d'un protocole d'accord qui garantit l'exclusivité de rapprocher leurs activités de mobilité dans une fusion entre égaux".

Le nouveau groupe, baptisée Siemens Alstom, sera coté en France et son siège sera installé en région parisienne. La direction du groupe sera assurée par le PDG d'Alstom "avec 50 % du capital de la nouvelle entité détenu par Siemens", indiquent les deux entreprises. L’assemblée générale extraordinaire décidant de la transaction doit se tenir avant le 31 juillet 2018.

"Un nouveau champion européen"

"Cette fusion franco-allemande entre égaux envoie un signal fort à bien des égards. Nous mettons l’Europe en œuvre et ensemble avec nos amis d’Alstom, nous créons un nouveau champion européen dans l'industrie ferroviaire pour le long terme", a déclaré Joe Kaeser, président-directeur général de Siemens AG.

L'État français, qui siège actuellement au conseil d'administration d'Alstom via des actions prêtées par Bouygues, "confirme mettre fin au prêt de titres (...) au plus tard le 17 octobre 2017 et qu'il n'exercera pas les options d'achat données par Bouygues", lit-on encore dans ce communiqué.

>> À voir sur France 24, Mardi Politique : Éric Coquerel (FI) : "Nous réclamons une commission parlementaire sur Alstom"

Des synergies annuelles de 470 millions d’euros sont attendues au plus tard quatre ans après la réalisation de l’opération, alors qu’un carnet de commandes de 61,2 milliards d’euros est attendu pour la nouvelle entité.

Avec AFP

Première publication : 26/09/2017

  • Journal de l'Économie

    Alstom : le plan de sauvetage du site de Belfort revu et corrigé par l'État

    En savoir plus

  • LA SEMAINE DE L'ÉCO- 2e partie

    Alstom : l'État, mauvais actionnaire ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)