Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

Chine: WhatsApp fortement perturbé avant le Congrès du Parti

© AFP/Archives | Users in China have reported widespread disruptions in recent days to WhatsApp, a messaging app which previously malfunctioned in the country over the summer

PÉKIN (AFP) - 

Les communications via le service de messagerie WhatsApp ont été fortement perturbées en Chine ces derniers jours, signe probable d'un nouveau tour de vis de l'internet avant un important Congrès du Parti communiste au pouvoir mi-octobre.

Nombre d'usagers de WhatsApp en Chine ont fait état d'interruptions sur la populaire application de messagerie possédée par Facebook. De tels dysfonctionnements avaient déjà été observés au cours de l'été.

Mardi cependant, il était possible d'utiliser WhatsApp pour envoyer des textos et engager des conversations téléphoniques ou vidéo. Mais l'envoi de messages vocaux ou de photos restait impossible.

L'internet chinois est déjà encadré de façon drastique par une "Grande muraille électronique" qui bloque les réseaux sociaux Facebook et Twitter, YouTube, Google, ainsi que de nombreux médias occidentaux --mais WhatsApp n'a pas jusqu'à présent subi d'interdiction totale.

Pour autant, le système de cryptage auquel WhatsApp se targue de recourir peut le rendre plus compliqué à surveiller --ce qui pourrait expliquer le récent raidissement du géant asiatique.

Surtout, ces nouveaux déboires affectent WhatsApp quelques semaines avant le Congrès quinquennal du Parti communiste, convoqué le 18 octobre --une réunion décisive où sera largement remaniée l'équipe dirigeante. Or Pékin intensifie habituellement la censure de l'internet avant les importants événements politiques ou anniversaires "sensibles".

Certes, la messagerie téléphonique WeChat, du géant du web chinois Tencent, reste de loin la plus populaire dans le pays, avec ses centaines de millions d'utilisateurs revendiqués.

Mais WeChat reste strictement soumis aux exigences de la censure chinoise et nombre de dissidents utilisent volontiers WhatsApp, jugé plus sécurisé et moins contrôlé, pour communiquer entre eux ou avec des contacts à l'étranger.

"A mesure qu'approche la date du Congrès, les autorités vont imposer une censure draconienne. Or, tout le monde sait que WeChat n'offre aucune sécurité", explique à l'AFP Hu Jia, militant des droits de l'homme basé à Pékin. Les autorités sont réputées avoir facilement accès au contenu des conversations et à l'identité des usagers de WeChat.

"Du coup, moi et d'autres dissidents préférons communiquer par WhatsApp quasiment 70% du temps", insiste M. Hu. "Résultat: ces derniers jours où WhatsApp était complètement inaccessible, nous n'avons pas du tout discuté".

Mais le récent durcissement entravait également les communications d'entrepreneurs avec leurs clients à l'étranger. "Gmail, Facebook, Viber étaient déjà bloqués, et maintenant WhatsApp? Sans bons outils de messagerie, cela va réduire l'efficacité de notre commerce international", déplorait un blogueur sur la plateforme de micro-blogs Weibo.

Contacté par l'AFP en Californie, WhatsApp s'est refusé à tout commentaire.

© 2017 AFP