Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

EUROPE

La liste de Macron pour relancer l'Europe

© Ludovic Marin, AFP | Emmanuel Macron en conférence de presse, lors du sommet du G20 à Hambourg.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/09/2017

Défense européenne, parquet européen contre "l’internationale terroriste", intégration des réfugiés, transition écologique, champions du numérique, les clés du président Emmanuel Macron destinée à relancer l’Europe.

"Je suis venu vous parler d’Europe". Dans un discours très attendu, prononcé à la Sorbonne mardi à Paris devant des étudiants européens, le président français Emmanuel Macron a déploré que l'Europe soit "trop faible, trop lente, trop inefficace". Il a affirmé qu'il était devenu urgent de relancer l’Union européenne (UE) pour qu’elle puisse faire face aux "grands défis" du monde.

"L'Europe que nous connaissons est trop faible, trop lente, trop inefficace, mais l'Europe seule peut nous donner une capacité d'action dans le monde face aux grands défis contemporains", a-t-il déclaré en présentant sa vision européenne à horizon de dix ans.

Plaidant pour une Europe souveraine, unie et démocratique, il s’est prononcé en faveur d’actions concrètes, organisées autour de plusieurs "clés de la souveraineté".

La première clé concerne la sécurité, qui prévoit par un approfondissement de l'Europe de la Défense. Un approfondissement qui passe selon lui par la constitution d'une "force commune d'intervention", d'un "budget de défense commun" et "d'une doctrine commune pour agir".

"En matière de Défense, notre objectif doit être la capacité d'action autonome de l'Europe, en complément de l'Otan", a déclaré Emmanuel Macron. "Au début de la prochaine décennie, l'Europe devra être ainsi dotée d'une force commune d'intervention, d'un budget de Défense commun et d'une doctrine commune pour agir", a-t-il également exposé.

"L’Europe de la sécurité doit être notre bouclier"

Emmanuel Macron a également développé ses idées en matière de lutte contre le terrorisme, autre clé de la relance de l'Europe. "Face à l'internationale du terrorisme, l'Europe de la sécurité doit être notre bouclier", a-t-il plaidé. Il a évoqué sa volonté de créer une académie du renseignement, destinée à "renforcer les liens entre nos pays par des actions de formation et d'échange [et d'un] parquet européen contre la criminalité organisée et le terrorisme".

La deuxième clé présentée par le président français concerne la souveraineté, qui passe par le contrôle des frontières et des flux migratoires. Emmanuel Macron a aussi appellé à réformer les procédures d’asile, trop "disparates" selon lui. Il a émis le vœu d’accueillir dignement ceux qui ont droit à "l'asile, et renvoyer les autres. L’UE doit financer un large programme européen de formation et d'intégration pour les réfugiés", a-t-il ajouté.

Évoquant un "défi majeur" pour l’Europe, il a dit vouloir créer "un office européen de l’asile pour harmoniser les procédures", dans l'année qui vient, tout en mettant en place des fichiers interconnectés et des documents d’identité biométriques sécurisés, le tout dans le but d'établir progressivement une police des frontières européenne.

Étendre la taxe sur les transactions financière à toute l'Europe

La troisième clé de la souveraineté est associée par le chef de l'État à la politique de développement qui "doit être aussi européenne". Celle "reposant sur l’éducation la santé, et l’énergie". Emmanuel Macron s’est dit prêt à verser à l'aide au développement l'intégralité des ressources de la taxe sur les transactions financières, qu’il souhaite étendre à toute l’Europe. Il a également plaidé pour un partenariat stratégique avec l'Afrique

La quatrième clé présidentielle concerne la transition écologique, qui doit garantir "la souveraineté et la sécurité alimentaire" d'une Europe, qui "doit être à l’avant-garde de cette transition, en transformant transports, logements, industries".

Pour ce faire, "il faut donner un juste prix au carbone, il faut une taxe carbone [aux frontières de l’Europe]. Cela ne se fera pas en un jour, je sais les résistances de certains".

Emmanuel Macron a également souhaité ouvrir "de manière décomplexée et inédite" le débat sur la politique agricole commune, un "tabou français" et la création d'un programme européen pour stimuler les voitures propres.

"Une Europe plus simple, plus efficace, plus transparente"

Le chef de l'État a ensuite abordé le chapitre du numérique, désignée comme la "cinquième clé de notre souveraineté. Il a proposé de créer dans les deux ans "une agence européenne pour l’innovation, pour être en position d’innovateur et non de suiveur".

L’Europe se doit d’être "une puissance industrielle et monétaire", a enfin déclaré le président, c'est la sixième clé de la souveraineté. Cela passe par "un budget plus fort au cœur de la zone euro", par la désignation d’un ministre des Finances de la zone euro, appuyé par un contrôle démocratique.

"Nous avons besoin d’une Europe plus simple, plus efficace, plus transparente, moins bureaucratique, a prôné le président français. Le marché unique doit redevenir un espace de convergence plus que de concurrence." Cela passe selon lui par un marché unique "plus simple et plus protecteur, associé à une politique commerciale refondée pour assurer la transparence dans les négociations, le respect de l'exigence sociale et environnementale, et la réciprocité".

 

Première publication : 26/09/2017

  • UNION EUROPÉENNE

    Réforme de la zone euro : le vote allemand ne fait pas les affaires d'Emmanuel Macron

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Depuis Athènes, Macron lance un appel pour "refonder l’Europe"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)