Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le président élu, George Weah prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Trump, un an après : derrière l'euphorie, une économie fragile ?

En savoir plus

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 8h45.

Dernière modification : 26/09/2017

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

Dans un entretien accordé à France 24, Moïse Katumbi, figure de l'opposition congolaise, affirme que si le président Joseph Kabila n’organise pas une élection présidentielle d’ici au 31 décembre^2017, comme il s’y est engagé, il sera contraint au départ par la pression populaire. L'ex-gouverneur du Katanga, qui vit en exil, est lui-même candidat à la présidence de la République démocratique du Congo.

Si une élection présidentielle n’est pas organisée d'ici au 31 décembre 2017, Moïse Katumbi, l’un des principaux opposants congolais, promet de "faire appel à la rue" pour évincer le président Joseph Kabila. "Nous allons le chasser, nous allons faire appel à la rue car la Constitution le permet", affirme-il sur France 24, dénonçant un "coup d’État constitutionnel" en cours.

L'opposant congolais estime néanmoins que si Joseph Kabila accepte de quitter le pouvoir, il faudra lui accorder l'immunité : "Je ne suis pas d'accord avec le fait que l'on puisse poursuivre un ancien président et son entourage".

Moïse Katumbi, qui est lui-même candidat à la présidence de la République démocratique du Congo, répète enfin que son retour au pays est "imminent". "Je suis en train de préparer mon retour, c’est un devoir pour moi d’aller sauver un peuple qui est en train de souffrir", affirme-t-il.

Par Marc PERELMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/01/2018 Moyen-Orient

Saeb Erekat : "La solution à deux États a été détruite"

Les relations diplomatiques ont rarement été aussi mauvaises entre l'Autorité palestinienne et les États-Unis, et le processus de paix semble un peu plus à l'arrêt encore. Pour...

En savoir plus

17/01/2018 Guinée équatoriale

Obiang : "La tentative de coup d'État en Guinée équatoriale a commencé en France"

Dans une interview exclusive accordée à France 24 et RFI, le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, s’exprime pour la première fois sur la récente tentative...

En savoir plus

16/01/2018 Migrants

William Lacy Swing : "La migration n’est pas un problème à résoudre, c’est une réalité humaine à gérer"

Notre invité, William Lacy Swing, dirige l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), récemment liée aux Nations unies. Selon lui, le phénomène migratoire a toujours...

En savoir plus

13/01/2018 ONU

Louise Arbour : "La réalité des migrants est plus positive que les perceptions stéreotypées"

Les migrants représentent aujourd'hui 250 millions de personnes dans le monde, dont 10% sont des réfugiés ou des demandeurs d'asile. Louise Arbour, représentante spéciale pour...

En savoir plus

12/01/2018 Droits de l'Homme

Asli Erdogan, écrivaine turque : "Que faire, sinon résister ?"

En visite à Paris où elle a reçu, mercredi 10 janvier, le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes, l'écrivaine turque Asli Erdogan, a été emprisonnée pendant 136 jours...

En savoir plus