Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Émoticône hijab : la victoire de Rayouf Alhumedhi, lycéenne saoudienne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

Asie - pacifique

"Nous ne sommes pas des terroristes" : le témoignage exclusif d'un chef de la guérilla rohingya

© Capture FRance 24 | "Armen", l'un des chefs de de l'Armée du Salut des Rohingya de l'Arakan (Asra) rencontré par les équipes de France 24.

Vidéo par Cyril PAYEN , Shona BHATTACHARYYA , Mayssa AWAD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/09/2017

Alors que près de 500 000 Rohingya ont fui la Birmanie pour le Bangladesh depuis fin août, les équipes de France 24 ont rencontré, dans un camp de réfugiés, un chef de la guérilla rohingya. Un document exclusif.

"Beaucoup de rumeurs et de fantasmes autour de la guérilla rohingya"

C'est un document exceptionnel : les envoyés speciaux de France 24 au Bangladesh ont rencontré dans un camp de réfugiés rohingya ayant fui la Birmanie "Armen", l'un des chefs de de l'Armée du Salut des Rohingya de l'Arakan (Asra), le groupe de rebelles musulmans qui a attaqué l'armée birmane à la fin du mois d'août au nom de la défense des Rohingya.

Ce chef de la guérilla rohingya se défend d'être soutenu par des groupes jihadistes : "Nous n'avons aucun lien avec l'EI ou d'autres groupuscules terroristes du Bangladesh", a-t-il dit. "Nous n'acceptons aucune aide d'Al-Qaïda. Ce que nous voulons, c'est le soutien de la communauté internationale", a-t-il encore déclaré dans cet entretien exclusif.

"C'est en 2012 que nous avons décidé de mobiliser les jeunes hommes, les pêcheurs et les fermiers pour défendre nos droits et la nation rohingya", a expliqué "Armen" avant d'ajouter : "Nous menons notre combat avec des bâtons et des couteaux. Souvent, nous n'en avons même pas.... C'est à mains nues et avec notre foi que nous luttons", a encore assuré "Armen".

"Chaque jour, 300 combattants sont formés"

Selon lui, "chaque jour, 300 combattants sont formés" dans les camps de l'Armée du Salut des Rohingya de l'Arakan (Asra). Les équipes de France 24 n'ont pu avoir accès à ces camps du fait des vives tensions avec les forces bangladaises : "en ce moment, l'armée et toutes les autres forces de sécurité bangladaises sont après nous", a expliqué "Armen".

Interrogé par France 24 à ce sujet , un officier de l'armée du Bangladesh a balayé : "Je n'ai aucun commentaire à faire sur l'Asra. Cela concerne nos services de renseignements. Vous n'avez qu'à leur demander". Officiellement, l'Asra n'existe pas au Bangladesh… et la question de la guerilla rohingya relève presque du tabou.

Le nombre de réfugiés passés de Birmanie au Bangladesh depuis le 25 août s'élève désormais à 480 000, ce chiffre prenant en compte 35 000 nouveaux arrivants, ont déclaré mardi des ONG caritatives internationales. Ces réfugiés fuient une offensive lancée par l'armée birmane en riposte à une trentaine d'attaques coordonnées menées par des insurgés musulmans Rohingya le 25 août.

Première publication : 27/09/2017

  • REPORTAGE

    Vidéo : immersion dans un camp de réfugiés rohingyas au Bangladesh

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Crise des Rohingya : Macron parle d'un "génocide en cours"

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi minimise la crise des Rohingya : "Venez voir vous-mêmes !"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)