Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La réunion de l'OMC accouche de... rien

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand Erdogan se pose en sauveur des Palestiniens"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Froome en sursis ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

G5 Sahel : le don de 100 millions de dollars de Riyad

En savoir plus

LE DÉBAT

G5 Sahel : une force militaire régionale pour remplacer Barkane ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Trump souhaite toujours une solution à deux États", selon Riyad

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Élections sénatoriales américaines : "Thank You Alabama" inonde twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

Moyen-Orient

Référendum kurde : les aéroports d'Erbil et de Souleimaniyeh coupés du monde

© Safin Hamed, AFP | L'aéroport d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, quelques heures avant l'arrêt des vols internationaux.

Vidéo par Raphaëlle VIVENT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/09/2017

L'interdiction des vols internationaux à partir et vers les aéroports du Kurdistan irakien est entrée en vigueur, vendredi. Une décision prise par Bagdad, en représailles au référendum sur l'indépendance de cette région.

Première mesure de rétorsion de Bagdad après le "oui" massif au référendum d'indépendance du Kurdistan irakien : tous les vols internationaux depuis et vers Erbil et Souleimaniyeh ont cessé, vendredi 29 septembre, à 18 h locales (15 h GMT).

"Les vols humanitaires, militaires et diplomatiques sont exclus de l'interdiction de voler", a toutefois précisé la directrice de l'aéroport international d'Erbil, Talar Faiq Saleh. "Je suis désolée de la situation dans laquelle nous nous trouvons. [L'Autorité de l'aviation civile] est supposée être un [organisme] indépendant mais en Irak n'importe qui peut prendre une décision", a-t-elle déploré.

>> Référendum au Kurdistan irakien : un scrutin à haut risque

Pour tenter d'empêcher ce blocus, le ministère des Transports du Kurdistan a demandé au pouvoir à Bagdad "d'ouvrir des négociations sur sa décision".

"Il n'y a aucune négociation, ni officielle, ni secrète, avec les responsables kurdes. Et il n'y en aura pas tant qu'ils ne déclareront pas les résultats du référendum caducs, et ne remettront pas aux autorités de Bagdad leurs postes-frontières, leurs aéroports et les régions disputées", a répondu un haut-responsable irakien.

"Nous étions un pont entre la Syrie et l'ONU"

Le panneau d'affichage indiquait que le dernier vol avait pour destination Vienne à 16 h (13 h GMT). Ceux pour Ankara à 17 h50 et Doha à 19 h ont été annulés.

"Nous étions supposés rentrer au Brésil, samedi, mais avons dû changer notre vol", a affirmé à l'AFP Isodoro Junior, bénévole dans une ONG d'assistance médicale aux déplacés irakiens. "Nous sommes un groupe de 16 personnes, il a été particulièrement difficile de trouver des places. L'un d'entre nous est arrivé ici à 2 h pour s'assurer que l'on puisse partir", raconte le volontaire de 32 ans, faisant la queue devant le comptoir d'enregistrement du vol pour Istanbul.

Notre correspondante Oriane Verdier à l'aéroport d'Erbil

Au comptoir de la compagnie turque, l'aller simple pour Istanbul se vendait 743 dollars et ceux qui ont acheté leur billet en ligne l'ont payé beaucoup plus cher.

"J'ai réservé mon vol en ligne il y a deux heures [...]. Ça m'a coûté 1500 dollars !", s'exclame un passager britannique, muni d'un sac en bandoulière. "En plus, ils m'ont fait payer deux fois par erreur. Ça fait 3 000 dollars l'aller simple vers Istanbul."

Les étrangers entrent au Kurdistan avec un visa délivré par les autorités kurdes, qui est non reconnu par Bagdad, et ils ne peuvent donc se rendre ailleurs en Irak.

Avec AFP

Première publication : 29/09/2017

  • IRAK

    Référendum au Kurdistan irakien : Barzani annonce la victoire du "oui"

    En savoir plus

  • IRAK

    Près de 80 % de participation au référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien

    En savoir plus

  • IRAK

    Irak : offensive éclair avortée de l'EI à l'ouest de Bagdad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)