Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Moyen-Orient

L'Iran gèle ses échanges pétroliers avec le Kurdistan irakien

© Safin Hamed, AFP | Manifestation devant l'aérport d'Erbil après la décision de Bagdad d'en fermer l'accès aux vols internationaux, le 29 septembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/10/2017

L'Iran a décidé de geler ses échanges pétroliers avec le Kurdistan irakien en représailles au référendum d'indépendance. La Turquie a proféré des menaces similaires. Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadai, lui, tente de jouer l'apaisement.

Après l'Irak, qui a décidé de fermer l'espace aérien aux vols internationaux au Kurdistan irakien, c'est au tour de l'Iran d'utiliser l'arme économique pour riposter au vote massif en faveur du référendum d'indépendance de la région.

En guise de représailles, l'Iran a en effet interdit jusqu'à nouvel ordre le transport de produits pétroliers depuis et vers le Kurdistan irakien. "Toutes les compagnies de transports et les chauffeurs" ont reçu cet ordre, a rapporté samedi 30 septembre la télévision d'État Irib, citant une directive du ministère des Transports.

"Téhéran est l'un des principaux exportateurs de pétrole raffiné utilisé comme carburant vers le Kurdistan d'Irak et le volume des échanges dans ce domaine est de cinq milliards de dollars par an", selon Irib. Le Kurdistan, lui, est un producteur et exportateur de pétrole brut, ressource dont il dépend majoritairement pour son budget.

Les menaces de Recep Tayyip Erdogan

Très critiqué à l'étranger, le référendum organisé par le président kurde Massoud Barzani est en particulier vilipendé par les pays voisins qui craignent qu'il ne réveille des velléités séparatistes chez leurs minorités kurdes.

>> À lire : Discordances sur le but de la venue du premier ministre irakien à Paris

Parmi ces pays voisins, la Turquie est la plus à même d'asphyxier le Kurdistan par le biais du pétrole, menace qu'a proférée le président Recep Tayyip Erdogan. En effet quelque 550 000 des 600 000 barils par jour produits par Erbil, la capitale du Kurdistan, sont exportés via un oléoduc débouchant dans le port turc de Ceyhan (sud).

Haïdar al-Abadi : "Nous défendrons les citoyens kurdes"

Dans ce contexte et dans un souci d'apaisement, le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi s'est adressé samedi aux citoyens kurdes dans des tweets en anglais. "Nous défendrons les citoyens kurdes comme nous défendons tous les Irakiens et nous ne permettrons aucune attaque contre eux", a-t-il écrit. "Nous ne permettrons pas qu'il vous soit porté atteinte".

Interrogé par l'AFP à quelle éventuelle "attaque" le Premier ministre faisait référence, un conseiller qui a requis l'anonymat a parlé d'une attaque "tant extérieure qu'intérieure".

Après la Turquie, l'Iran a annoncé des manœuvres militaires conjointes avec l'armée irakienne "le long de la frontière commune". Et en Irak, Hadi al-Ameri, le chef de l'organisation chiite Badr, puissant groupe paramilitaire soutenu par Téhéran, avait évoqué il y a deux semaines le risque d'"une guerre civile", en évoquant le référendum.

Avec AFP

Première publication : 30/09/2017

  • IRAK

    Référendum kurde : les aéroports d'Erbil et de Souleimaniyeh coupés du monde

    En savoir plus

  • IRAK

    Référendum kurde : les vols internationaux de et vers Erbil suspendus à partir de vendredi soir

    En savoir plus

  • KURDISTAN IRAKIEN

    Kirkouk, "la Jérusalem des Kurdes", pierre d'achoppement du projet indépendantiste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)