Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stéphanie Gibaud, lanceuse d'alerte : "Dire la vérité est un acte citoyen"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Glyphosate : l’herbicide de la discorde

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

G5 Sahel : l’ONU prête à s’engager auprès des forces africaines dans la lutte antiterroriste ?

En savoir plus

FRANCE

Édouard Philippe annonce un nouveau plan contre l'antisémitisme, "bête immonde"

© Christophe Archambault, AFP (Pool) | Le Premier ministre français Édouard Philippe à la synagogue de la rue Buffault à Paris, lundi 2 octobre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/10/2017

Le Premier ministre français Édouard Philippe a annoncé, lundi soir, un nouveau plan contre l'antisémitisme à partir de 2018.

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé, dans la soirée de lundi 2 octobre, que l'État français mettrait en œuvre, à partir de 2018, un nouveau plan pluriannuel de lutte contre l'antisémitisme. Il s'exprimait lors des voeux à la première communauté juive d'Europe à l'occasion du Nouvel an juif, à la synagogue de la rue Buffault, à Paris.

Édouard Philippe a plaidé l'exigence de "nous battre ensemble - et quand je dis ensemble c'est bien tous ensemble, toutes confessions, toutes philosophies confondues -, contre cette bête immonde qu'est l'antisémitisme". Une "bête" qui "emprunte à la fois à l'hydre et au phénix […] : quand on le croit disparu, il réapparaît encore et encore". Le Premier ministre a cité, au titre des causes de cet antisémitisme, "l'ultraviolence du terrorisme islamiste".

>> À lire aussi : Pour Emmanuel Macron, l’antisionisme est l’antisémitisme "réinventé"

Celle-ci, a-t-il énuméré, a conduit à l'assassinat d'Ilan Halimi en 2006 et à la tuerie dans une école juive de Toulouse en 2012, pour laquelle le frère du jihadiste Mohamed Merah, accusé de complicité, comparaît depuis lundi devant la cour d'assises spéciales de Paris. Édouard Philippe a également rappelé l'attaque contre l'Hyper Cacher en janvier 2015, l'assassinat par défenestration de Sarah Halimi en avril dernier, puis la séquestration d'une famille en septembre à Livry-Gargan, en Seine-Saint-Denis.

>> À lire aussi : Affaire Halimi : le Parquet demande que le caractère antisémite soit retenu

Pour le chef du gouvernement, si les actes antisémites ont baissé en 2016 (-58,5 %), ce recul "ne doit pas faire oublier une autre réalité", celle de la "banalisation de l'antisémitisme et de sa forme réinventée [...] qu'est l'antisionisme".

Hommage à Manuel Valls

Rendant hommage à Manuel Valls – présent lundi soir et très applaudi – et à son plan national de lutte contre le racisme et l'antisémitisme de 100 millions d'euros lancé au printemps 2015, Édouard Philippe a annoncé qu'un nouveau plan du même type serait mis en œuvre "pour la période 2018-2020". "Un de ses objectifs sera de combattre l'antisémitisme sur Internet, en particulier le déferlement de haine qui s'abat sur les réseaux sociaux", a-t-il précisé. "Nous ne laisserons rien passer et vous ne serez pas seuls dans ce combat car ce combat, c'est évidemment celui de toute la République", a fait valoir le Premier ministre.

Dans la ligne libérale défendue par le président Emmanuel Macron sur la laïcité, Édouard Philippe a estimé que la "neutralité" des pouvoirs publics face aux religions "n'est ni défiance, ni offense, ni encore moins indifférence". "Je ne vois pas par exemple ce qui empêche de faire en sorte que le calendrier des examens permette à un lycéen ou à un étudiant de vivre sa foi tout en poursuivant ses études", en évitant de fixer des épreuves en particulier lors du repos du shabbat le samedi, a-t-il indiqué. "Il n'est pas non plus question", a-t-il assuré, "de remettre en cause des pratiques cultuelles traditionnelles comme l'abattage rituel", qui interdit l'étourdissement préalable des animaux aux juifs comme aux musulmans observants.

Avec AFP

Première publication : 03/10/2017

  • FRANCE

    Meurtre de Sarah Halimi : le Parquet demande que le caractère antisémite soit retenu

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pour Emmanuel Macron, l’antisionisme est l’antisémitisme "réinventé"

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'indignation après les propos de Marine Le Pen sur le Vél' d'Hiv

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)