Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

G5 Sahel : le don de 100 millions de dollars de Riyad

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Trump souhaite toujours une solution à deux États", selon Riyad

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elections sénatoriales américaines : "Thank You Alabama" inonde twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Morales : "Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris, un signe de mépris"

En savoir plus

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

Afrique

L'OMS craint une épidémie de peste à Madagascar

© Rijasolo, AFP | Des fonctionnaires du ministère de la Santé projettent des pesticides contre les porteurs de la peste dans une école d'Andraiso, dans la région de la capitale, le 2 octobre 2017.

Vidéo par Shirli SITBON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/10/2017

L'OMS a alerté, mardi, sur une possibilité d'épidémie de peste au niveau national à Madagascar. Elle est endémique dans le pays, mais cette année le risque de transmission interhumaine est particulièrement élevé. On dénombre plus de 20 morts.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) craint fortement qu'une épidémie de peste affectant les zones urbaines à Madagascar se propage au reste du pays.

"Le risque de propagation est élevé au niveau national, modéré au niveau régional en raison des vols fréquents vers les îles voisines de l'océan Indien et faible au niveau mondial", a déclaré, mardi 3 octobre, un porte-parole de l'OMS, Christian Lindmeier, lors d'un point de presse à Genève.

"L'OMS est préoccupée par le fait que la peste se répande car elle est déjà présente dans plusieurs villes et c'est seulement le début de la saison de l'épidémie", a-t-il dit.

Le risque de propagation étant faible au niveau international, l'OMS ne préconise aucune restriction de voyage ou de commerce avec Madagascar.

Vingt-quatre morts depuis début août

La peste est endémique dans le pays, qui enregistre habituellement chaque année environ 400 cas, en majorité des cas de peste bubonique. Elle apparaît généralement de septembre à avril, selon l'OMS. Mais "contrairement aux précédentes épidémies, celle-ci touche les grandes zones urbaines, y compris la capitale et les villes portuaires", ce qui augmente le risque de transmission interhumaine, a expliqué le porte-parole de l'OMS.

La peste a été détectée dans plusieurs villes du pays depuis août. "C'est une forme de peste qui est hautement transmissible et qui peut provoquer la mort en l'absence de traitement", a précisé Christian Lindmeier. Le premier décès a été enregistré le 28 août. L'épidémie s'est depuis propagée sur le territoire malgache, notamment dans la capitale Antananarivo. L'OMS fait état d'un bilan – du 1er août au 1er octobre – de 24 décès et 133 cas. Sur les 24 décès, 17 sont des cas de peste pulmonaire et 7 sont des cas de peste bubonique.

Ruée sur les masques et les antibiotiques

Pour tenter de l'enrayer, le gouvernement a annoncé des mesures inédites, notamment en décrétant l'interdiction jusqu'à nouvel ordre de toutes les réunions publiques dans la capitale. Soupçonnant les autorités d'être prises de court, de nombreux habitants d'Antananarivo ont réagi en se ruant sur les seuls moyens de riposte à leur disposition : masques et antibiotiques. Sans toujours croire à leur efficacité.

"On fait ce qu'on peut et ce qu'on croit utile pour se protéger", admet Rondro Razafindrainy, 37 ans, devant une pharmacie. "La peste pulmonaire se transmet par voie aérienne, je l'ai lu sur Internet", poursuit-elle, "alors je pense qu'un 'cache-bouche' est nécessaire".

"On peut soigner la peste"

Plutôt que de porter un masque, le Dr Manitra Rakotoarivony du ministère de la Santé conseille à la population de ne pas se parler en face-à-face et surtout d'aller vers l'hôpital le plus proche aux premiers symptômes. Les autorités multiplient également les démonstrations de poses de pièges à rats ou les opérations de pulvérisation d'insecticides, la maladie étant véhiculée par les puces.

Et "on concentre nos efforts à combattre Facebook, car il y a trop de désinformation qui circule sur les réseaux sociaux et ça crée la panique", ajoute le Dr Manitra Rakotoarivony. "On peut soigner la peste, on en a les moyens", répète-t-il.

Avec AFP

Première publication : 03/10/2017

  • SOMMET DE LA FRANCOPHONIE

    Madagascar, "un pays abandonné" menacé de famine

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Madagascar : deux jeunes Français retrouvés morts sur une plage de l'île de Sainte-Marie

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Madagascar : le gouvernement démissionne en bloc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)