Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Baisse des APL, hausse de la CSG, suppression de l’ISF : Macron persiste et signe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le président parle dans le téléviseur"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Japon : les législatives anticipées, un pari risqué pour Shinzo Abe ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Chine : au congrès du PC, Xi Jinping assuré d'un nouveau mandat

En savoir plus

EUROPE

Proclamation de l'indépendance de la Catalogne : "une question de jours", selon Puigdemont

© Lluis Gene, AFP | Carles Puigdemont a déclaré qu'une réaction d'opposition de la part du gouvernement central constituerait "une erreur".

Dernière modification : 04/10/2017

Le président de la Catalogne, le séparatiste Carles Puigdemont, a assuré dans une interview diffusée mardi, que son gouvernement s'apprêtait à déclarer l'indépendance de la région d'Espagne probablement "à la fin de la semaine".

La proclamation de l'indépendance de la Catalogne n'est "qu'une question de jours", a déclaré mardi 3 octobre le chef de l'exécutif catalan, Carles Puigdemont, à la BBC. Le gouvernement catalan "va agir à la fin de cette semaine ou au début de la semaine prochaine", a-t-il précisé lors de cette interview.

Interrogé sur l'éventualité d'une intervention de Madrid en vue de prendre le contrôle de la Catalogne, Carles Puigdemont a estimé qu'il s'agirait "d'une erreur" susceptible de "tout changer".

>> À lire sur France 24 : "Le Débat - 'Avec le référendum, les Catalans ont défié l'État espagnol' "

C. Puigdemont : "nous sommes plus près de l'indépendance aujourd'hui qu'il y a un mois"

Dimanche, à l'issue du référendum d'autodétermination déclaré illégal par Madrid, Puigdemont avait ouvert la voie à une proclamation d'indépendance, estimant que "les citoyens catalans avaient gagné le droit d'avoir un État indépendant sous la forme d'une république". Des dizaines de milliers de personnes ont défilé mardi dans les rues des villes de Catalogne, où une grève générale avait été décrétée par les indépendantistes pour dénoncer les violences policières lors du scrutin.

Mardi, le roi d'Espagne a affiché sa fermeté lors d'une allocution télévisée. Dans une charge aussi rare que cinglante, Felipe VI a accusé les dirigeants catalans de s'être placés "en marge du droit et de la démocratie" en organisant le référendum de dimanche. "Avec leur conduite irresponsable, ils peuvent même mettre en danger la stabilité de la Catalogne et de toute l'Espagne", a asséné le souverain qui ne s'était pas exprimé depuis le référendum. Les dirigeants catalans ont "fait preuve d'une déloyauté inadmissible [envers l'État]" et "c'est la responsabilité des pouvoirs légitimes de l'État d'assurer l'ordre constitutionnel et le fonctionnement normal des institutions", a ajouté le souverain.

Avec Reuters

Première publication : 04/10/2017

  • ESPAGNE

    Le roi d'Espagne dénonce "l'irresponsabilité" et la "déloyauté" des indépendantistes catalans

    En savoir plus

  • EUROPE

    Et si la Catalogne influençait d'autres indépendantistes européens ?

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Bataille de communication sur le référendum : Catalogne 1- Madrid 0

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)