Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Amériques

Tuerie de Las Vegas : l'enquête se tourne vers la compagne du tueur de retour au États-Unis

© Mark Ralston, AFP | Une femme en pleurs, mardi 3 octobre 2017, devant un mémorial improvisé sur le strip de Las Vegas.

Vidéo par Philip CROWTHER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/10/2017

La compagne de l'auteur de la fusillade de Las Vegas, Marilou Danley, a quitté mardi soir les Philippines, où elle se trouvait depuis septembre, pour Los Angeles.

L'enquête lancée pour éclaircir les motivations de l'auteur de la tuerie de Las Vegas, la plus meurtrière de l'histoire des États-Unis, s'oriente vers la compagne de ce dernier, localisée dans les Philippines et désormais en route vers Los Angeles, ont annoncé, mardi 3 octobre, les autorités.

Stephen Paddock, un retraité de 64 ans, n'a laissé aucun indice sur les motivations qui l'ont conduit dimanche soir à abattre à l'arme automatique 58 personnes – les autorités ayant annoncé mardi que le dernier bilan officiel de 59 morts incluait l’agresseur – et à en blesser plus de 500 autres dans un concert en plein air, embusqué depuis sa chambre d'hôtel de Las Vegas, puis à s'y suicider.

Les enquêteurs espèrent obtenir des réponses de sa compagne, Marilou Danley, qui représente désormais l'unique "personne d'intérêt" de l'enquête, selon le shérif du comté de Clark, Joseph Lombardo.

>> À lire sur France 24 : "Le tireur de Las Vegas, riche retraité inconnu de la police, 'soldat' selon l'EI"

D'abord signalée à Tokyo, c'est dans dans les Philippines que les enquêteurs l'ont déclarée. Le Bureau fédéral d'enquête (FBI) a lancé des procédures pour la rapatrier. Mercredi matin, une porte-parole des services philippins de l’immigration a affirmé que Marilou Danley avait pris un vol de Philippine Airlines depuis Manille vers Los Angeles. La compagne de Stephen Paddock a quitté les Philippines sans escorte, mais sera accueillie par le Bureau fédéral à son arrivée sur le sol américain, a précisé un responsable policier américain.

"Nous sommes en discussion avec elle", avait déclaré le shérif dans l'après-midi, réaffirmant qu'aucun autre suspect potentiel n'avait été identifié.

Un virement de 100 000 dollars passé par Paddock vers un compte philippin

Ressortissante australienne possiblement native des Philippines, Marilou Danley vivait au côté de Stephen Paddock dans leur maison d'un lotissement pour retraités de Mesquite, à 145 km de Las Vegas.

Les enquêteurs s'intéressent notamment à un virement de 100 000 dollars passé par Paddock vers un compte philippin, "manifestement destiné" à Danley, a précisé mardi un responsable de la Sécurité intérieure à Reuters, sous le couvert de l'anonymat. Les enquêteurs estiment que la somme était peut-être destinée à assurer le confort de Danley une fois exécuté le projet de Paddock, ajoute-t-on de même source.

>> À voir sur France 24 : "Les habitants de Las Vegas unis et solidaires dans la douleur"

Sur les réseaux sociaux, Marilou Danley se décrit comme une "professionnelle des casinos", mère et grand-mère. Les autorités américaines souhaitent en particulier déterminer dans quelle mesure Paddock l'a encouragée à quitter les États-Unis avant de prendre les armes.

Selon ce même responsable, les enquêteurs disposent d'éléments suggérant que Paddock s'est entraîné plusieurs fois dans d'autres endroits avant de mener à bien l'attaque sur le festival country Route 91 Harvest, à Las Vegas.

47 armes et un stock de nitrate d'ammonium retrouvés

De nouvelles précisions sur le massacre et l'arsenal du tueur ont été par ailleurs mises à jour mardi. Selon Lombardo, Stephen Paddock a fait feu sur la foule de quelque 20 000 personnes pendant neuf à onze minutes avant de retourner l'arme contre lui. Il avait en outre installé des caméras à l'intérieur et l'extérieur de sa chambre, notamment pour voir arriver la police à l'avance.

Au total, 47 armes lui appartenant ont été retrouvées dans sa chambre du Mandalay Bay et son domicile de Mesquite, ainsi qu'à Reno, dans l'ouest du Nevada, a précisé une agent spécial du Bureau de l'alcool, du tabac, des armes à feu et explosifs. Équipées pour une douzaine d'entre elles de mécanismes automatiques artisanaux, les armes ont été achetées dans quatre États différents : le Nevada, l'Utah, la Californie et le Texas.

Un stock de nitrate d'ammonium, un engrais susceptible d'être utilisé dans l'élaboration d'explosifs, a également été retrouvé dans la voiture de Paddock.

La police a confirmé mardi soir l'authenticité de photos largement diffusées en ligne, montrant la chambre d'hôtel jonchée d'armes du tueur et son corps inerte. Une enquête a été ouverte pour déterminer l'origine de la fuite.

Plus de 500 personnes ont été blessées, certaines piétinées pendant la bousculade causée par les rafales de tirs. Au moins 20 des survivants soignés à Las Vegas restaient mardi dans un état critique.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 04/10/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Tuerie de Las Vegas : les habitants unis et solidaires dans la douleur

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Tuerie de Las Vegas : le débat rituel sur les armes à feu fait son retour

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le tireur de Las Vegas, riche retraité inconnu de la police, "soldat" selon l'EI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)