Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

EUROPE

Catalogne : le ministre des Affaires étrangères espagnol exclut une médiation internationale

© Capture d'écran France 24 | Alfonso Dastis, ministre des Affaires étrangères espagnol, a accordé un entretien à France 24 vendredi 6 octobre 2017.

Vidéo par Caroline DE CAMARET , Dominique BAILLARD

Texte par Caroline DE CAMARET , Dominique BAILLARD

Dernière modification : 06/10/2017

Alors que le conflit entre Madrid et le gouvernement régional catalan demeure dans l'impasse, le ministre des Affaires étrangères espagnol, Alfonso Dastis, a déclaré à France 24 être opposé à une médiation internationale.

Après le référendum interdit du 1er octobre, alors que le bras de fer se poursuit entre Madrid et le gouvernement catalan, l'émission de France 24 "Ici l’Europe" reçoit Alfonso Dastis, ministre espagnol des Affaires étrangères.

"J'espère que le bon sens va revenir du côté du gouvernement catalan et qu’il n’y aura pas de déclaration d’indépendance", a-t-il déclaré sur notre antenne. "Le gouvernement espagnol a toujours montré qu’il était prêt au dialogue mais qu’on ne pouvait pas dialoguer sur une question illégale comme ce referendum", a-t-il ajouté.

Alfonso Dastis a affirmé ne pas accorder de "crédibilité aux chiffres donnés par le gouvernement catalan", ce dernier ayant annoncé que le scrutin avait rassemblé 40 % des Catalans, et que le "oui" à l'indépendance l'avait emporté avec 90,18 % des suffrages.

Le ministre n'a pas confirmé une supposée offre de médiation de la Suisse dans le différend, qu'avait annoncée plus tôt vendredi la Radio Télévision Suisse. "Je ne crois pas que des gens sérieux comme le gouvernement suisse soient prêts à faire de telles choses […]." Car, estime-t-il, la situation actuelle avec la Catalogne "n'est pas un conflit international qui puisse donner lieu à une médiation", mais un problème qui doit être réglé "entre Espagnols".

Première publication : 06/10/2017

  • ESPAGNE

    "Les mossos sont devenus des policiers politiques" : témoignage d’une officière catalane unioniste

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : la justice et des banques font pression sur les indépendantistes

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : Puigdemont tente de composer avec les différentes voix indépendantistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)