Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

EUROPE

Catalogne : la justice et des banques font pression sur les indépendantistes

© Gérard Julien, AFP | La Cour constitutionnelle espagnole, située à Madrid, a suspendu la séance prévue lundi prochain au Parlement catalan.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/10/2017

Deux banques ont menacé jeudi de transférer leur siège ailleurs en Espagne tandis que la Cour constitutionnelle espagnole a suspendu la session du Parlement régional de Catalogne prévue lundi prochain.

La pression est montée d'un cran jeudi 6 octobre sur les séparatistes au pouvoir en Catalogne. Deux des principales banques menaçant de transférer leur siège ailleurs en Espagne, tandis que la justice a interdit une séance parlementaire prévue lundi sur l'indépendance. Ces deux sévères avertissements tombés coup sur coup visent le gouvernement indépendantiste catalan de Carles Puigdemont, qui a déclenché une crise politique sans précédent en Espagne depuis que le pays est redevenu démocratique, en 1977.

Dans la journée de jeudi, Banco Sabadell, deuxième banque de Catalogne – cinquième en Espagne – a annoncé le transfert de son siège social à Alicante (sud-est), après la dégringolade de son cours en bourse la veille. La procédure ne concerne pas le personnel et démarrera vendredi, a indiqué un porte-parole à l'AFP.

CaixaBank, troisième banque d'Espagne, réunira pour sa part vendredi un conseil d'administration extraordinaire pour décider elle aussi d'un éventuel changement de siège social.

Le gouvernement espagnol a par ailleurs annoncé vendredi en début d'après-midi avoir adopté un décret simplifiant la procédure de changement de siège social des entreprises, qui aura pour effet de faciliter la tâche aux firmes catalanes souhaitant quitter leur région en pleine crise.

Les milieux économiques se montrent de plus en plus anxieux : l'agence de notation financière Fitch a ainsi annoncé jeudi soir avoir placé sous surveillance en vue d'un éventuel abaissement de la note de la dette de la Catalogne, déjà en catégorie spéculative "BB", en raison des "événements imprévisibles" qui pourraient advenir. Banco Sabadell et CaixaBank craignent quant à elles d'être exclues de la zone euro, si elles restent dans une Catalogne indépendante.

>> À lire sur France 24 : "Les indépendantistes, un mouvement aux voix discordantes"

Jeudi, à la mi-journée, la Cour constitutionnelle espagnole a suspendu la séance prévue lundi au Parlement catalan, au cours de laquelle il envisageait une déclaration unilatérale d'indépendance de cette riche région pesant près de 20 % du PIB espagnol. La Cour prévient en outre la présidente indépendantiste du parlement Carme Forcadell et les membres du bureau des présidents de cette assemblée des risques pénaux encourus s'ils ignorent cette suspension.

Mais l'exécutif catalan et la majorité séparatiste du Parlement (72 lus sur 135) ont toujours ignoré les décisions de la Cour depuis qu'elle a déclaré que le référendum était contraire à la Constitution, ce qu'ils pourraient encore faire lundi.

Jeudi soir, Carme Forcadell a "retweetté" le message d'un élu précisant que les élus du parlement ne pourraient être expulsés que "par le peuple, ni par la Garde civile, ni par la Cour constitutionnelle".

L'impasse est totale entre le gouvernement espagnol du conservateur Mariano Rajoy et les autorités catalanes, à l'origine du référendum d'indépendance interdit qu'elles assurent avoir remporté.

La crise, qui menace de déstabiliser l'Europe un peu plus d'un an après le Brexit, s'est encore aggravée après les brutalités policières ayant émaillé ce référendum, faisant au moins 92 blessés parmi 844 personnes ayant sollicité une "assistance sanitaire" pendant la journée. Depuis, en dépit de multiples offres de médiation, aucun rapprochement ne s'est produit.

Avec AFP

Première publication : 06/10/2017

  • ESPAGNE

    Catalogne : Puigdemont tente de composer avec les différentes voix indépendantistes

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le président catalan défie le roi, Madrid rejette tout "chantage"

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Les dates-clés de la montée de l’indépendantisme catalan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)