Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Léonard She Okitundu : "La RDC n'exclut pas des mesures de rétorsion contre l'UE"

En savoir plus

LE DÉBAT

"One Planet Summit" : sans les États-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FRANCE

Dix ans de prison pour Christine Rivière, la mère d'un jihadiste partie trois fois en Syrie

© Albaraka News, AFP | Images de propagande de l'EI, montrant des combattants de l'organisation terroriste en Syrie en 2014.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/10/2017

Christine Rivière, mère d'un jeune Français devenu "émir" dans les rangs de l'organisation État islamique, a été condamnée à 10 ans de prison vendredi. En 2013 et 2014, elle avait rendu visite trois fois à son fils en Syrie.

Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet. Vendredi 6 octobre, Christine Rivière, la mère d'un "émir" jihadiste convertie à la cause de son fils, a été
condamnée vendredi 6 octobre à la peine maximale de 10 ans de prison par
le tribunal correctionnel de Paris.

La présidente a jugé que l'accusée, arrêtée en 2014 après trois séjours en Syrie, avait démontré un "engagement sans faille" sous la bannière de l'organisation devenue par la suite l'État islamique (EI) et qu'elle avait "contribué au
renforcement logistique" du groupe.

"Au lieu de chercher à désengager votre fils, il apparaît au contraire que vous l'avez encouragé", a déclaré la magistrate, qui lui a également reproché d'avoir joué les agents recruteurs auprès de jeunes candidates au jihad.
 
Pionnier des filières françaises en Syrie

Ce faisant, elle a balayé la version de Christine Rivière qui, lors de l'instruction et à l'audience de jeudi, a dit avoir seulement voulu rendre des "services" et accompagner son cadet, Tyler Vilus, un pionnier des filières françaises en Syrie.
 
La peine, assortie d'une période de sûreté des deux tiers, est conforme aux réquisitions du procureur, qui a regretté devant le tribunal de ne pouvoir aller au-delà de 10 ans, le maximum encouru pour le chef d'"associations de malfaiteurs" terroriste. Le ministère public a dénié à l'accusée le rôle de "mère courage" qui aurait agi par amour pour son fils
.

"Mamie jihad"

L'enquête et l'audience ont mis en lumière la relation fusionnelle entre Tyler Vilus et Christine Rivière, née en 1965 dans une famille de forains et convertie en 2011-2012 à un islam radical dans le sillage de son deuxième enfant.
 
Lors de l'instruction, celle que les enquêteurs ont surnommée "mamie jihad" a déclaré avoir effectué ses séjours en Syrie, entre l'été 2013 et le mois d'avril 2014, pour rester auprès de lui jusqu'au probable "martyre".

Après un passage par la Tunisie, Tyler Vilus a gravi les échelons dans la hiérarchie jihadiste, jusqu'à être élevé au rang d'"émir" à la tête d'un groupe de combattants francophones.
 
Arrêté en juillet 2015 en Turquie et aujourd'hui détenu en France, il est soupçonné d'avoir connu en Syrie des membres de la cellule qui a planifié et commis les attentats sanglants du 13 novembre 2015.

Avec AFP

Première publication : 06/10/2017

  • TERRORISME

    Attaque de Marseille : cinq individus interpellés et placés en garde à vue

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    L'organisation État islamique diffuse un enregistrement audio de son chef Baghdadi

    En savoir plus

  • IRAK

    Une double attaque revendiquée par l'EI dans le sud de l'Irak fait des dizaines de morts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)