Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

Amériques

La tempête Nate fait au moins 22 morts en Amérique centrale et menace les États-Unis

© Ezequiel Becerra, AFP | Les intempéries provoquées par la tempête Nate ont causé la mort d'au moins huit personnes au Costa Rica, le 5 cotobre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/10/2017

La tempête Nate qui a fait au moins 22 morts jeudi au Costa Rica, au Nicaragua et au Honduras, menace de se transformer en ouragan avant d'atteindre le sud des États-Unis et de frapper les États de Louisiane et de Floride ce week-end.

Après avoir fait au moins 22 morts et près de 30 disparus en Amérique centrale jeudi 5 octobre, la tempête tropicale Nate menace désormais le Mexique et les États-Unis, où elle pourrait se transformer en ouragan.

Apportant des pluies diluviennes, Nate a provoqué la mort de onze personnes au Nicaragua, huit au Costa Rica et trois au Honduras selon les autorités locales.

Les dégâts causés par Nate au Costa Rica

Les pluies ont causé des scènes dantesques d'arbres déracinés, de ponts effondrés, de routes transformées en rivières et de maisons inondées. Le bilan des victimes reste provisoire, car une vingtaine de personnes sont toujours portées disparues dans les trois pays affectés. Au Costa Rica, où l'état d'urgence a été décrété les services d’urgence ont appelé la population à être consciente des risques de coulée de boue.

Les États-Unis en alerte

Le centre américain des ouragans (NHC) a indiqué que la tempête tropicale, située sur l'est du Honduras jeudi soir, allait continuer sa route en direction du Nord, baissant en intensité lors de son passage sur la terre ferme avant d'en regagner en mer. Le NHC estime que la tempête sera "proche de l'intensité d'un ouragan" lorsqu'elle atteindra vendredi soir la péninsule du Yucatan (est du Mexique).

D'après les prévisions du centre américain des ouragans (NHC), Nate devrait se renforcer puis se transformer en ouragan au cours du week-end avant de frapper La Louisiane et la Floride.

Elle devrait ensuite se renforcer et se transformer en ouragan au cours du week-end, lorsqu'elle traversera le Golfe du Mexique, où des plate-formes pétrolières et gazières ont été évacuées, avant d'atteindre le sud des États-Unis et de frapper les États de Louisiane et de Floride. "Nous anticipons son impact", a déclaré le gouverneur de Louisiane, John Bel Edwards, qui a déclaré l'état d'urgence.

Des conseils d'évacuation préventive ont été donnés dans des zones basses de la Nouvelle-Orléans, où le maire de la ville habituée aux inondations a déclaré qu'il entendait demander au président Donald Trump que soit décrété l'état de catastrophe naturelle avant le passage de l'ouragan.

Nate pourrait être le troisième ouragan à frapper les États-Unis en moins de deux mois, après les passages de Harvey en août au Texas et d'Irma en septembre en Floride.

Avec AFP

Première publication : 06/10/2017

  • CARAÏBES

    À Saint-Martin, la dévastation est propice aux pillages et aux rumeurs

    En savoir plus

  • AMÉRIQUES

    Après Irma, l'ouragan Jose menace les Caraïbes, Katia n'est pas loin

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : l'ouragan Hermine menace les côtes de Floride

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)