Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Amériques

L'administration Trump entrave l'accès à la contraception aux États-Unis

© Chip Somodevilla, Getty Images, AFP, Archive | Des manifestants attachés à la prise en charge des mesures contraceptives devant la cour suprême à Washington le 30 juin 2014.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/10/2017

La décision de l'administration Trump d'introduire des dérogations à l'obligation faite aux employeurs de fournir une assurance maladie couvrant les frais de contraception a engendré, vendredi, une levée de bouclier aux États-Unis.

L'administration de Donald Trump a annulé vendredi 6 octobre, au nom des convictions religieuses et morales, une disposition de la loi "Obamacare" qui obligeait les employeurs à prendre en charge les mesures de contraception dans la couverture santé de leurs employées.

"Des dizaines de millions de femmes impactées"

"Le président estime que la liberté de pratiquer sa foi est un droit fondamental dans ce pays et c'est ce dont il s'agit aujourd'hui", a souligné la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Huckabee Sanders devant les journalistes.

L’annonce de cette mesure a provoqué une immédiate levée de bouclier de la part de l’opposition démocrate, l’association de défense des droits des femmes, le planning familial, mais aussi les obstétriciens, les gynécologues et de simples citoyens. Le hashtag #HandsOffMyBC (#TouchePasÀMaContraception) est apparu parmi les sujets les plus commentés dans le monde sur Twitter vendredi.

"Nous venons d'effectuer un bon en arrière à l'époque où les femmes ne pouvaient pas accéder à la contraception à cause de leurs revenus. Nous devons continuer à nous battre pour les droits des femmes."

"L'employeur ne devrait pas être celui qui décide si une femme a le droit d'accéder ou non à la contraception. C'est une mesure de santé essentielle. #Touchepasàmacontraception"

Plaintes et recours déposés

L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), puissante organisation américaine de défense des droits civiques, a porté plainte dès vendredi contre la décision de l'administration Trump.

D'autres recours devraient suivre, des États à majorité démocrate se déclarant prêts à saisir à leur tour la justice contre la décision annoncée vendredi. Ainsi Xavier Becerra, "Attorney General" de Californie, a annoncé qu'il était "prêt à engager toute action nécessaire" pour défendre cette disposition issue de l'Obamacare, la réforme de l'assurance maladie promulguée par Barack Obama en 2010.

Victoire des chrétiens conservateurs

La disposition obligeant les employeurs à inclure la contraception dans les couvertures santé faisait l'objet de contestations de la part de groupes conservateurs quasiment depuis la promulgation de la loi en 2010.

Le sénateur républicain du Texas Ted Cruz sur Facebook: "Aujourd'hui, l'administration a mis un terme à une disposition qui enfreignait la tradition de liberté religieuse de notre pays".

"Les croyances de l'employeur ne doivent pas prendre le pas sur une décision de santé qui relève de la vie privée des femmes. #Touchepasàmacontraception"

Au cours d'une longue bataille juridique, la Cour suprême avait donné raison en 2014 à deux entreprises qui refusaient, au nom de leurs convictions religieuses, de se conformer à la loi Obamacare sur certains moyens de contraception.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 07/10/2017

  • ÉTATS-UNIS

    La gravité de la situation de Porto Rico après l'ouragan Maria échappe toujours à Donald Trump

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Dans la tourmente, Tom Price, le ministre de la Santé de Trump, démissionne

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Trump accuse Facebook d'être contre lui, Zuckerberg dément

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)