Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump Junior en Inde : un voyage d’affaires très politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le dialogue de la dernière chance

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La chanson française à fleur de peau

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Lettonie : le gouverneur de la banque centrale arrêté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

Afrique

Kenya : le leader de l'opposition Raila Odinga se retire de l'élection présidentielle

© Simon Maina, AFP | L'opposant kényan Raila Odinga a annoncé qu'il ne participerait pas au nouveau scrutin présidentiel.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/10/2017

L'opposant kényan Raila Odinga a annoncé, mardi, son retrait de l'élection présidentielle du 26 octobre, organisée à la suite de l'invalidation en justice de la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta.

Le candidat de l'opposition kényane, Raila Odinga, a annoncé mardi 10 octobre qu'il se retirait de l'élection présidentielle du 26 octobre.

"Dans l'intérêt des Kényans, de la région et plus largement du monde, nous estimons que le mieux sera que la National Super Alliance (la Coalition de l'opposition, NDLR) soit absente de l'élection présidentielle prévue le 26 octobre 2017", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse.

Saisie par l'opposition, la Cour suprême du Kenya avait invalidé le 1er septembre la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta avec 54,27 % des voix, contre 44,74 % à Raila Odinga, évoquant des irrégularités dans la transmission des résultats, accablant la Commission électorale (IEBC) pour sa gestion du scrutin, et ordonnant la tenue d'une nouvelle élection.

Les explications de notre correspondant

Une élection "pire que la précédente"

L'opposition avait ensuite conditionné sa participation au nouveau scrutin à une réforme en profondeur de l'IEBC, dont l'éviction de plusieurs de ses responsables. Elle a également organisé des manifestations contre l'IEBC, alors que se sont multipliées les invectives entre pouvoir et opposition.

"Nous sommes arrivés à la conclusion que l'IEBC n'a pas l'intention d'entreprendre les changements au niveau de ses opérations et de son personnel pour garantir que les ‘illégalités et irrégularités’ qui ont conduit à l'invalidation du scrutin du 8 août ne se reproduisent pas", a détaillé Raila Odinga.

"Tout indique que l'élection prévue le 26 octobre sera pire que la précédente", a-t-il ajouté, estimant que son retrait implique que le prochain scrutin doit être "annulée" et qu'un nouveau processus électoral doit être organisé à une date ultérieure.

© France 24

Avec AFP et Reuters

Première publication : 10/10/2017

  • KENYA

    Présidentielle invalidée au Kenya : l'opposition attaque la Commission électorale

    En savoir plus

  • KENYA

    Présentielle invalidée au Kenya : la faillite des observateurs internationaux

    En savoir plus

  • KENYA

    Kenya : la Cour suprême invalide l'élection présidentielle et exige un nouveau scrutin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)