Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

EUROPE

En Europe, la pollution de l'air régresse mais provoque plus de 500 000 décès prématurés par an

© Geoffroy Van Der Hasselt, AFP | La pollution atmosphérique reste la première cause environnementale de décès prématurés en Europe.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/10/2017

Selon le rapport annuel de l'Agence européenne pour l'environnement, publié mercredi, 520 400 décès prématurés dus à la pollution de l'air ont été enregistrés en 2014 dans 41 pays européens.

La pollution de l'air continue de provoquer chaque année plus de 500 000 décès prématurés (moins de 65 ans) sur le continent européen, malgré une légère amélioration, a indiqué, mercredi 11 octobre, l'Agence européenne pour l'environnement dans son rapport annuel.

"Il est encourageant de constater que de nombreux gouvernements européens, et en particulier les villes, montrent l'exemple et protègent la santé des personnes en améliorant la qualité de l'air", a indiqué dans un communiqué Hans Bruyninckx, le directeur de l'agence basée à Copenhague.

>> Reportage : Paris accélère sa révolution du vélo

La pollution atmosphérique reste la première cause environnementale de décès prématurés. Selon le rapport, sur 520 400 décès prématurés enregistrés dans 41 pays européens en 2014 (contre 550 000 en 2013), quatre sur cinq (428 000) étaient directement liés aux particules fines présentes dans l'air – ces poussières microscopiques principalement générées par la combustion de carburants fossiles et jugés nocifs par l'Organisation mondiale de la santé.

Les données récoltées dans les stations de surveillance ont, elles, montré qu'en 2015, 82 % de la population urbaine était exposée à des niveaux de particules fines, contre 85 % en 2013.

Avec AFP

Première publication : 11/10/2017

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Renault vise 50 % de modèles électriques ou hybrides d'ici à 2022

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Climat : les Américains soufflent le chaud et le froid sur l'accord de Paris

    En savoir plus

  • CLIMAT

    Le Ceta aura un impact "défavorable" sur l'environnement, selon une commission d'experts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)