Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

FRANCE

Drapeau européen : le torchon brûle entre Macron et Mélenchon

© Ludovic Marin, AFP | Emmanuel Macron va reconnaître le drapeau européen, afin qu'il ne puisse pas être "enlevé de l'hémicycle" du Palais-Bourbon.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/10/2017

La France va reconnaître le statut du drapeau européen lors du prochain Conseil européen, les 19 et 20 octobre, a annoncé Emmanuel Macron, en réponse aux critiques émises par Jean-Luc Mélenchon sur la présence du drapeau à l'Assemblée nationale.

Nouvelle passe d’armes au sujet du drapeau européen. Pour répondre à Jean-Luc Mélenchon, qui souhaite bannir l’emblème de l’Assemblée nationale, Emmanuel Macron a annoncé, mardi 10 octobre, qu’il allait officiellement reconnaître le drapeau bleu et or, lors d’un sommet de l’Union européenne, les 19 et 20 octobre, afin qu’il ne puisse pas être "enlevé de l’hémicycle".

>> À lire : Réforme de l'Union européenne, le plus dur commence pour Emmanuel Macron

Le leader de La France insoumise avait dénoncé, dès le 20 juin, la présence du drapeau européen au Palais-Bourbon. "Franchement, on est obligé de supporter ça ?", avait-il lancé. "C'est la République française, ici, pas la Vierge Marie", avait-il ajouté, en référence au créateur du drapeau européen, Arsène Heitz, qui avait dit avoir puisé l'inspiration dans des représentations de la mère de Jésus-Christ.

Jean-Luc Mélenchon a ajouté, mercredi, qu’Emmanuel Macron n’avait "pas le droit" d'imposer le drapeau européen à la France, arguant notamment que c'est un emblème "confessionnel". "Monsieur le président, vous n'avez pas le droit d'imposer à la France un emblème européen confessionnel. Il n'est pas le sien et la France a voté contre son adoption sans ambiguïté", écrit l’ancien eurodéputé dans un communiqué, en s’appuyant sur le rejet par les Français, en 2005, de la Constitution européenne.

Depuis, les Insoumis ont proposé de supprimer le drapeau européen de l’hémicycle pour le remplacer par celui de l’ONU mais leur amendement a été rejeté le 4 octobre en commission. Ils avaient notamment plaidé que "la France n'est pleinement en phase avec son projet politique historique d'indépendantisme et de promotion de la paix que si elle dépasse tout ancrage régional et zonal" et invoqué "une difficulté à mettre un drapeau qui ne fait pas consensus".

Le drapeau européen reconnu par 16 des 28 pays de l'UE

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, tient un discours similaire. "Les Français avaient clairement dit non à cette proposition qui se trouvait au cœur de la Constitution européenne", a estimé dans un communiqué l’ancien candidat à l’élection présidentielle, qui considère que "seul le peuple peut défaire ce qu'il a tranché par référendum".

Le drapeau et l'hymne européens ont été reconnus par 16 des 28 pays de l'Union européenne, par la signature d'une déclaration commune annexée au traité de Lisbonne.

Le drapeau européen a fait son entrée pour la première fois dans l'hémicycle en 2008 à l'occasion de la présidence française de l'Union européenne, alors que l'Assemblée nationale était présidée par l'UMP Bernard Accoyer.

Avec AFP

Première publication : 11/10/2017

  • CULTURE

    Macron et Merkel ensemble à la Foire du livre de Francfort

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Réforme de l’Union européenne : le plus dur commence pour Emmanuel Macron

    En savoir plus

  • EUROPE

    La liste de Macron pour relancer l'Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)