Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

EUROPE

Brexit : les négociations sur les finances sont dans “une impasse”

© Emmanuel Dunand, AFP | Le ministre du Brexit David Davis (gauche) et le négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit Michel Barnier en conférence de presse à Bruxelles, le 12 octobre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/10/2017

Michel Barnier, négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit, a déclaré jeudi que les discussions étaient "dans une impasse" sur la question de la facture dont Londres devra s'acquitter en vue de son divorce avec Bruxelles.

La facture du Brexit divise toujours. Alors que les chefs d'État et de gouvernement des Vingt-Sept se réunissent en sommet dans une semaine, le négociateur en chef de l'Union européenne (UE) pour le Brexit, Michel Barnier, s’est montré, jeudi 12 octobre, particulièrement pessimiste sur la situation. Il a souligné que la partie britannique n'était toujours pas encline à annoncer combien elle était prête à payer en règlement de ses engagements financiers.

"Pour ce qui est de cette question, nous sommes dans une impasse, ce qui est très inquiétant pour des milliers de projets partout en Europe et aussi inquiétant pour ceux qui y contribuent", a-t-il dit lors d’une conférence de presse, ajoutant que l'UE était prête à faire face à toutes les éventualités, tout réaffirmant qu'"une absence d'accord serait un très mauvais accord".

>> À lire : Brexit : Theresa May veut une transition "douce et ordonnée" sur deux ans

Selon lui, il est, par conséquent, impossible pour l’instant de lancer la deuxième phase des discussions prévues lors du sommet entre le Royaume-Uni et l’Union européenne quant à leur futures relations commerciales.

Tous les scénarios envisagés, dont l’absence d’accord

Son interlocuteur britannique David Davis, qui s'exprimait lors de la même conférence de presse, a confirmé qu'il restait “beaucoup de travail à faire”. Il a ajouté que Londres se préparait à tous les scénarios, y compris celui d'une absence d'accord avec Bruxelles.

Le ministre britannique du Brexit a cependant fait part de sa confiance sur la possibilité de trouver prochainement un accord sur la question des droits des expatriés européens.

>> À voir : "Les Britanniques ont lancé une pierre et essaient de la rattraper"

Les Européens réclament des "progrès suffisants" sur les principaux contentieux du divorce (facture du Brexit, droits des ressortissants européens au Royaume-Uni et britanniques dans l'UE, frontière nord-irlandaise) avant de lancer les négociations sur une éventuelle période de transition et des futures relations commerciales entre Londres et les Européens.

Londres aimerait mener les deux phases de concert. David Davis a répété jeudi que les Britanniques étaient prêts à engager les discussions sur la relation future entre Londres et l'UE.

Avec Reuters

Première publication : 12/10/2017

  • ROYAUME-UNI

    Brexit : Theresa May veut une transition "douce et ordonnée" sur deux ans

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Brexit : les députés britanniques votent le "Repeal Bill"

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Brexit : Londres envisage déjà la fin de la libre circulation des Européens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)