Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

Etats-Unis: Facebook dit "coopérer pleinement" avec les autorités sur l'affaire russe

© AFP/Archives | Sheryl Sandberg, la directrice des opérations de Facebook, au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, le 18 janvier 2017.

WASHINGTON (AFP) - 

Facebook "coopère pleinement" avec le Congrès américain, qui enquête sur l'ingérence russe dans la campagne électorale de 2016, a annoncé jeudi Sheryl Sandberg, la numéro deux de l'entreprise californienne.

"Nous pensons que c'est important que le tableau soit complet pour les enquêteurs et qu'ils puissent expliquer ça en pleine transparence au peuple américain", a-t-elle déclaré lors d'un entretien au site Axios.

Facebook a fourni début septembre au Congrès des détails sur quelque 3.000 "ads", des messages payés par des intérêts russes et postés sur le réseau social entre 2015 et 2017, susceptibles d'avoir servi à manipuler l'opinion américaine au moment de l'élection présidentielle de 2016.

Accusé d'avoir d'abord tardé à réagir, Facebook multiplie désormais les communications sur ce sujet. Sheryl Sandberg a annoncé jeudi que l'entreprise de Mark Zuckerberg fournirait aux autorités tous les éléments dont elles ont besoin pour déterminer le niveau d'ingérence d'une puissance étrangère dans l'élection de 2016.

"Plusieurs choses qui n'auraient jamais dû arriver se sont passées sur notre plateforme pendant l'élection, notamment des interférences étrangères", a-t-elle reconnu.

"Nous avons déjà donné les contenus sponsorisés et les pages auxquelles ils étaient liés. Nous allons continuer à fournir d'autres informations", a précisé la directrice des opérations de Facebook.

Cela pourrait inclure des détails sur la façon dont les utilisateurs ont été ciblés par ces contenus sponsorisés apparaissant dans leur fil d'actualité.

Selon Facebook, environ 10 millions d'Américains ont vu des contenus financés par des intérêts russes apparaitre dans leur fil d'actualité. Ces "ads" semblaient se concentrer "sur des sujets sociaux et politiques clivants", a précisé le réseau social.

Au moins 100.000 dollars ont été payés par des annonceurs pour diffuser 3.000 messages entre juin 2015 et mai 2017.

© 2017 AFP