Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Retailleau: la demande d'Estrosi d'exclure Wauquiez de LR n'est "pas raisonnable"

© POOL/AFP/Archives | Bruno Retailleau à Versailles le 3 juillet 2017

PARIS (AFP) - 

Bruno Retailleau, président des sénateurs LR, a affirmé jeudi que la demande implicite de Christian Estrosi d'exclure Laurent Wauquiez des Républicains n'était "pas raisonnable", lors de l'émission L'épreuve de vérité de Public Sénat, l'AFP, Les Echos et Radio Classique.

"Ce n'est pas raisonnable" de la part de M. Estrosi, a affirmé M. Retailleau, à propos du maire LR de Nice, qui vient d'écrire à son parti pour demander d'étudier l'exclusion des "cadres dirigeants" ayant "entretenu le doute sur leur positionnement vis-à-vis du Front national", visant sans le nommer M. Wauquiez, candidat favori pour la présidence du parti.

Après les défaites de la droite aux élections présidentielle et législatives, "il y a un risque de fracture, de divisions" au sein de LR et "certains soufflent sur les divisions", a-t-il dénoncé.

Concernant Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics issu de LR qui dénonce la "radicalité" de M. Wauquiez, le sénateur affirme qu'"on ne devrait pas utiliser ces procédés d'intimidation qui viennent de la vieille gauche. En France, on n'a jamais supporté une droite autrement que soumise à l'hégémonie idéologique et culturelle de la gauche", a-t-il regretté.

"Laurent Wauquiez assume clairement un positionnement idéologique. On dit qu'il est trop à droite" mais "il a toujours dit qu'il ne ferait pas d'alliance avec le FN", a observé M. Retailleau.

Selon le patron des sénateurs LR, "Darmanin et d'autres sont des instruments dans les mains de M. Macron pour déstabiliser la droite".

M. Macron "a déstabilisé la gauche pendant l'élection présidentielle. Il a pris des ministres de droite pour déstabiliser la droite pour les élections législatives. C'est parfaitement normal que ces ministres, qui sont issus de notre famille politique, jouent le rôle pour lequel ils ont été désignés, continuer à affaiblir la droite", a-t-il affirmé.

"Gérald Darmanin était aux sénatoriales sur une liste LREM. J'aurais aimé qu'il ait la même élégance que Bruno Le Maire (ministre de l'Economie lui aussi issu de LR), qui est entré à En marche. La politique, c'est la clarté des choix. J'ai connu M. Darmanin très allant dans la campagne de François Fillon", a-t-il ajouté.

© 2017 AFP