Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Allocations familiales: la CFDT "attachée" à l'universalité

© AFP/Archives | La secrétaire général de la CFDT Laurent Berger à Paris le 23 mai 2017

PARIS (AFP) - 

La CFDT est "attachée" au principe d'universalité des allocations familiales, a déclaré vendredi son secrétaire général Laurent Berger.

"On est attachés au principe d'universalité", a déclaré M. Berger, interrogé par Europe 1 sur une éventuelle suppression des allocations familiales pour les plus hauts revenus.

Même si ces aides, versées à toutes les familles ayant au moins deux enfants à charge, "peuvent parfois apparaître dérisoires au regard des revenus des uns et des autres, on est dans un système de solidarité", a expliqué M. Berger.

"On a décidé ensemble d'avoir des droits, parce qu'on s'assure mutuellement".

"Et si on commence à mettre des brèches dans le fait que certains pourraient payer, mais ne pas bénéficier de cette universalité ou de ces droits, vous verrez qu'à un moment donné, ces même personnes diront: +moi j'arrête de jouer+", a-t-il mis en garde.

"Qu'il y ait des droits différents selon les revenus, on peut l'entendre, mais qu'il n'y ait pas d'universalité, c'est autre chose", a-t-il estimé.

En 2015, pendant le quinquennat de François Hollande, les allocations familiales ont été modulées en fonction des revenus, les plus aisés les voyant divisées par deux, voire par quatre.

Après que des membres de la majorité LREM ont soulevé l'éventualité d'une suppression pour les plus hauts revenus, le gouvernement a annoncé une "réflexion" globale sur la politique familiale.

Une mission parlementaire va être lancée et le Premier ministre Edouard Philippe a souhaité un "vrai bon débat" avant toute décision sur ce sujet sensible.

© 2017 AFP